ordre


ordre

ordre [ ɔrdr ] n. m.
• 1080 sens II; lat. ordo, ordinis
I(1155) Relation intelligible entre une pluralité de termes. organisation, structure; économie. « L'idée de la forme se confond avec l'idée de l'ordre » (A. Cournot).
1Didact. Disposition, succession régulière (de caractère spatial, temporel, logique, esthétique, moral). disposition, distribution. Ordre de termes qui se succèdent ( enchaînement, filiation, gradation, succession, suite) , alternent, se reproduisent à intervalles réguliers ( alternance, 1. cycle) . « conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples » (Descartes). L'ordre des mots dans la phrase. syntaxe. Mettre dans un certain ordre ( agencer, classer, disposer, ordonner, 1. ranger) . Dans quel ordre sont arrivés les concurrents ? Tiercé dans l'ordre, dans le désordre. Changer, inverser l'ordre des termes. Ordre chronologique, logique. Ordre croissant, décroissant. Procédons par ordre. Ordre d'importance. Ordre alphabétique, numérique. Dans l'ordre d'entrée en scène. Par ordre d'apparition à l'écran. Par ordre d'arrivée.
Math. Relation d'ordre sur un ensemble E : relation binaire sur E, réflexive, transitive et antisymétrique. — Ordre d'une dérivée, d'une équation, d'une matrice. Matrice d'ordre n, comportant n lignes et n colonnes. Ordre d'un groupe, cardinal de l'ensemble de ses éléments. — Phys. Ordre à grande distance, ordre statistique à petite distance dans une phase : régularité de structure qui s'étend à grande, à petite distance. Degré d'ordre d'un composé binaire cristallin. Ordre d'interférence : quotient de la différence de marche entre deux ondes en un point par la longueur d'onde.
Disposition d'une troupe sur le terrain. Ordre de marche, de bataille. Ordre serré : type de formation des unités militaires pour le défilé. Navires en ordre de convoi. En ordre de bataille.
Dr. Procédure réglant la répartition du prix de vente d'un immeuble entre créanciers. Ordre amiable, judiciaire.
(1771; de l'angl.) ORDRE DU JOUR : matières, sujets dont une assemblée délibérante doit s'occuper tour à tour, dans un certain ordre. Voter l'ordre du jour. Cette question n'est pas à l'ordre du jour. Loc. adj. À l'ordre du jour : d'actualité, dont on s'occupe particulièrement à un moment donné. Madame de Sévigné « est un de ces sujets qui sont perpétuellement à l'ordre du jour en France » (Sainte-Beuve).
2Disposition qui satisfait l'esprit, semble la meilleure possible; aspect régulier, organisé. Aimer l'ordre. Mettre de l'ordre. Maison où règne l'ordre. « Là tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté » (Baudelaire). Mettre sa chambre, ses dossiers, ses idées en ordre. En ordre : rangé, ordonné. « Tout est en ordre. Les chaises autour de la table » (Sartre).
Bon fonctionnement. Remettre une affaire en ordre. Mettre bon ordre à (une situation) :remettre en bon fonctionnement, faire cesser le désordre. Il y a du gaspillage; nous y mettrons bon ordre.
3Qualité d'une personne qui a une bonne organisation, de la méthode. Un homme d'ordre. « la mère, pleine d'ordre, tenait les livres [...] , menait toute la maison » (Zola ). Spécialt Qualité d'une personne qui range les objets à leur place et sait les retrouver. Elle a beaucoup d'ordre ( ordonné) , n'a aucun ordre ( désordonné) .
4Principe de causalité ou de finalité du monde. « un ordre réglé de tout temps par la Providence » (La Rochefoucauld). Loc. C'est dans l'ordre (des choses) : c'est normal, inévitable. « peut-être ai-je été mis au monde pour vivre avec une femme. Cela n'est-il pas dans l'ordre ? » (Camus).
5(1762) Organisation sociale. civilisation, société. L'ordre social, économique et politique. Ébranler, renverser l'ordre établi. — L'ORDRE PUBLIC : la sécurité publique, le bon fonctionnement des services publics. Troubler l'ordre public. Contrevenir à des dispositions d'ordre public (qui s'imposent à la société).
Spécialt Stabilité sociale, respect de la société établie. Les partisans de l'ordre. Un homme d'ordre. Maintenir, faire régner l'ordre. Le maintien de l'ordre. Rétablir l'ordre. Le service d'ordre, qui maintient l'ordre dans une réunion. Les forces de l'ordre, les gardiens de l'ordre, chargés de réprimer une émeute, une insurrection. ⇒ armée, 1. police.
6Norme, conformité à une règle. Tout est rentré dans l'ordre, redevenu normal. Tout est en ordre, en règle. Rappeler qqn à l'ordre, à ce qu'il convient de faire. ⇒ réprimander. « S'ils s'avisent de faire un écart, ils sont sévèrement rappelés à l'ordre » (Duhamel). Machine en ordre de marche, en état de fonctionner.
II(1080 « ordre religieux ») Catégorie, classe d'êtres ou de choses, considérée d'après sa structure, son organisation ou d'après sa place dans une série, une classification. catégorie, classe, groupe.
1Littér. Domaine particulier. « L'ordre de l'événement et l'ordre de la justice ont en eux et entre eux une contrariété native » (Péguy). Cour. Espèce (choses abstraites). genre, nature, sorte. Choses de même ordre, d'ordres différents. « Une inquiétude de cet ordre » (Camus). Dans le même ordre, dans un autre ordre d'idées. Ordre de grandeur. Un nombre de l'ordre de deux millions, d'environ deux millions.
2(En loc.) Qualité, valeur. 2. plan. « La réputation exagérée d'Auguste Comte, érigé en grand homme de premier ordre » (Renan). Une œuvre de second ordre, mineure. ⇒ zone. De dernier ordre.
3Système architectural antique ayant une unité de style. Ordres grecs : dorique, ionique, corinthien; ordres romains : toscan, composite.
4Bot., zool. Division intermédiaire entre la classe et la famille. aussi superordre. L'ordre des apodes.
5Anciennt Division de la société. classe. Les trois ordres de la société française sous l'Ancien Régime : noblesse, clergé, tiers état. L'ordre équestre, à Rome.
Dr. civ. Classement de personnes ou d'institutions suivant certaines règles juridiques. Ordre d'héritiers, de créanciers. Ordre des juridictions (civile, pénale, administrative).
6Association, groupe de personnes soumises à certaines règles professionnelles, morales. corporation, corps. L'ordre des médecins, des architectes, des avocats. Absolt Le conseil, le bâtonnier de l'ordre. Ordres de chevalerie. « l'ordre de Malte auquel mes parents me destinaient » (abbé Prévost ).
Association honorifique constituée par un ancien ordre de chevalerie ou créée en vue de récompenser le mérite. L'ordre de la Légion d'honneur, l'ordre de la Libération. Insignes d'un ordre.
7Association de personnes vivant dans l'état religieux après avoir prononcé des vœux solennels. Les congrégations et les ordres religieux. Par ext. Toute communauté religieuse. Ordres monastiques ( moine) . Religieux appartenant à un ordre ( régulier) . Règle, observance, habit d'un ordre. L'ordre des bénédictins, des capucins, des carmélites, des chartreux, des dominicains, des franciscains, des jésuites. Les ordres mendiants. LE TIERS ORDRE (le troisième après les ordres masculins et féminins) :association dont les membres, vivant dans le monde, pratiquent une règle sous la direction et conformément à l'esprit d'un ordre religieux. ⇒ tertiaire.
8(XVIe ) L'un des degrés de la hiérarchie cléricale catholique. La tonsure, signe de l'ordre. Ordres mineurs ( acolyte, exorciste, lecteur, portier) . Ordres majeurs ( évêque, prêtre, diacre) . Absolt Loc. Entrer dans les ordres : se faire moine, prêtre ou religieuse. ⇒ ordonner; ordination.
9Relig. Une des hiérarchies d'anges (subdivisées en chœurs).
III(v. 1625)
1Acte par lequel un chef, une autorité manifeste sa volonté; ensemble de dispositions impératives. commandement, consigne, directive, injonction, instruction, prescription. Ordre formel, exprès, impératif. Ordre écrit, verbal. Ordre et contrordre. Donner l'ordre d'accomplir une mission. Vos désirs sont pour nous des ordres. Viens immédiatement, c'est un ordre ! Donner un ordre. commander, ordonner; imposer. Intimer l'ordre de... Recevoir un ordre. Je n'ai d'ordre à recevoir de personne. Obéir à un ordre, aux ordres. obéissance; obtempérer. Exécuter, transgresser, enfreindre un ordre. Agir sur (l')ordre d'un supérieur. Être aux ordres de qqn, être, se mettre à sa disposition. À vos ordres, mon capitaine ! Être sous les ordres de qqn, être son inférieur, dans la hiérarchie. Elle a trente personnes sous ses ordres. — ORDRE DE MISSION, assignant à un militaire une mission à exécuter. — (Sans art.) Par ordre du ministre... Vente par ordre de justice. « Elle lui a donné ordre de ne laisser entrer personne » (Laclos). Laisser un enfant seul avec ordre de n'ouvrir à personne. — JUSQU'À NOUVEL ORDRE : jusqu'à ce qu'un ordre vienne modifier la situation; et par ext. jusqu'à ce qu'une décision, un fait nouveau modifie la situation. « L'imitation est jusqu'à nouvel ordre la seule école de l'originalité » (Duhamel).
2Décision, généralement matérialisée par un document, à l'origine d'une opération financière, commerciale. Ordre d'achat ( commande, 1o) , de vente. Ordre de Bourse : mandat d'acheter ou de vendre des valeurs mobilières donné à un intermédiaire. Passer des ordres. Ordre au mieux, sans indication de cours. Ordre au premier, au dernier cours. Ordre de virement : instruction donnée par un client à son banquier. Billet à ordre. Payez à l'ordre de M. X. Faire un chèque à l'ordre de X.
Comm. Commande. Feuille d'ordres. Voyageur de commerce qui prend des ordres.
3 ♦ MOT D'ORDRE : (vx) mot de passe militaire; par ext. Mod. consigne, résolution commune aux membres d'un parti. « un mot d'ordre avait fini par courir [...] :Du pain ou de l'air » (Camus).
Vieilli Réunion pendant laquelle les chefs militaires donnent leurs ordres. Mod. ORDRE DU JOUR d'un chef militaire, l'ensemble de ses instructions, de ses ordres pour la journée. Citer un soldat à l'ordre du jour, et ellipt à l'ordre du bataillon, de l'armée, de la nation, le signaler pour sa belle conduite. ⇒ citation.
⊗ CONTR. Anarchie, chaos, confusion, désordre. 1. Défense, interdiction.

Ordre compagnie d'honneur de caractère généralement religieux et militaire.

ordre
n. m.
rI./r
d1./d Organisation d'un tout en ses parties; relation entre les éléments d'un ensemble, qui associe à chacun de ceux-ci un rang, une importance par rapport à tous les autres. Ordre alphabétique, chronologique. Procédons par ordre.
|| MATH Relation d'ordre dans un ensemble: relation binaire R qui est réflexive (xRx), transitive (xRy et yRz
> xRz) et antisymétrique (xRy et yRx
> y = x). L'ensemble N des entiers naturels est muni de la relation d'ordre notée <=.
|| Ordre du jour: liste ordonnée des questions sur lesquelles doit délibérer une assemblée.
Fig. C'est un problème qui est à l'ordre du jour, qui est d'actualité.
d2./d Arrangement régulier dans l'espace.
|| MILIT Disposition d'une troupe sur le terrain. Ordre de bataille. Progresser en ordre dispersé.
|| Bonne organisation, fonctionnement normal, régulier. Remettre de l'ordre dans les affaires d'une entreprise.
|| Disposition régulière d'un ensemble d'objets, destinée à réduire l'espace qu'ils occupent et permettant de trouver facilement ceux dont on a besoin. Outils disposés en bon ordre.
d3./d Méthode, exactitude, précision de l'esprit. Un homme d'ordre.
|| Tendance spontanée à disposer les objets en ordre (sens 2), à ranger. Elle a beaucoup de soin et d'ordre.
d4./d Organisation sociale; stabilité des institutions, paix civile. Interdire une réunion susceptible de troubler l'ordre public. Maintien de l'ordre.
d5./d Ensemble des lois naturelles. L'ordre de l'univers, des choses. Loc. C'est dans l'ordre (des choses): c'est normal.
rII./r
d1./d HIST Chacune des trois grandes classes de la société sous l'Ancien Régime. Les états généraux rassemblaient les représentants des trois ordres: noblesse, clergé et tiers état.
d2./d Corps composé de membres élus de certaines professions libérales. Ordre des avocats, des médecins, des architectes.
d3./d Société religieuse dont les membres ont fait solennellement voeu de vivre selon une règle. L'ordre des Bénédictins, des Jésuites, des Carmélites.
d4./d Anc. Ordres de chevalerie: associations religieuses et militaires formées pour combattre les infidèles au Moyen âge. Ordre de Malte, ordre des Templiers.
d5./d Société dont on est admis à faire partie à titre de récompense honorifique. Ordre de la Légion d'honneur.
d6./d Catégorie d'êtres ou de choses; division, espèce. Dans un autre ordre d'idées. Un travail d'ordre intellectuel.
|| De l'ordre de: d'environ (telle grandeur, telle quantité). Somme de l'ordre d'un million.
d7./d BIOL Unité systématique faisant suite à la classe et précédant la famille. L'ordre des carnivores, des ongulés. Les ordres, parfois divisés en sous-ordres, peuvent être regroupés en super-ordres.
d8./d ARCHI Style de construction de l'architecture antique. Les ordres ionique, dorique et corinthien.
d9./d LITURG CATHOL Sacrement de l'ordre: sacrement donnant pouvoir d'exercer certaines fonctions ecclésiastiques.
d10./d RELIG CATHOL Degré dans la hiérarchie ecclésiastique. Ordres majeurs: le diaconat et le sacerdoce (prêtre, évêque). Ordres mineurs (appelés auj. ministères: lecteur et servant à l'autel.
Entrer dans les ordres: se faire prêtre, religieux, religieuse.
d11./d Fig. Degré établi par comparaison. Ouvrage de premier, de second ordre, de première, de seconde importance.
rIII/r
d1./d Commandement, prescription. Donner, exécuter un ordre.
Jusqu'à nouvel ordre: jusqu'à ce que les dispositions actuelles aient été modifiées.
d2./d FIN Billet à ordre: effet de commerce endossé par le bénéficiaire et payé à la personne désignée par celui-ci.
d3./d COMM Commande. Adresser un ordre à un fournisseur.

⇒ORDRE, subst. masc.
I. —Disposition, relation intelligible entre les choses.
A. —Rapport intelligible, satisfaisant aux exigences de l'esprit, pouvant être saisi ou institué entre différents éléments. L'intelligence comme la beauté se plaît à contempler: or, le miroir de l'intelligence, c'est le nombre. De là vient le goût que nous avons tous pour la symétrie; car tout être intelligent aime à placer et à reconnaître de tout côté son signe qui est l'ordre (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t.2, 1821, p.128). L'ordre, c'est la raison, c'est la vérité (BOUCHER DE PERTHES, Création, t. 5, 1838-41, p.251):
1. Elles [la Musique et l'Architecture] semblent vouées à nous rappeler directement, —l'une la formation de l'univers, l'autre, son ordre et sa stabilité; elles invoquent les constructions de l'esprit, et sa liberté qui recherche cet ordre, et le reconstitue de mille façons; elles négligent donc les apparences particulières dont le monde et l'esprit sont occupés ordinairement, plantes, bêtes et gens...
VALÉRY, Eupalinos, 1923, p.84.
[Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. spécifiant l'orig. ou la nature des relations d'ordre] Ordre du coeur, de l'esprit; ordre physique, vital. Dieu reconnu a priori pour expliquer le monde, les idées pour faire comprendre les réalités, la raison pour dominer l'expérience (...), les vérités intelligibles devançant dans l'ordre logique les vérités expérimentales, ne sont-ce pas tous les traits de l'idéalisme? (OZANAM, Philos. Dante, 1838, p.227). Il y a (...) un ordre du corps. Mais il est manifeste que cet ordre n'est pas purement biologique. Il s'est fait sans les mots, contre les mots; pourtant il ne peut être aveugle (SARTRE, Sit. I, 1947, p.214):
2. Ce n'est (...) pas sur la répétition des mêmes jugements, ni sur l'assentiment unanime ou presque unanime, qu'est fondée uniquement notre croyance à certaines vérités; elle repose principalement sur la perception d'un ordre rationnel d'après lequel ces vérités s'enchaînent...
COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p.115.
B. —Disposition, succession régulière, constatée ou instituée.
1. a) Rapport de succession, classification obéissant à une règle ou à une convention. Ordre des matières, des sujets; ordre des différentes parties dans un exposé, un ouvrage; objets entassés sans ordre; classer des objets dans un ordre artificiel. Les mots échouent à prendre des postures nouvelles, qu'aucune réalité intérieure ne détermine; ils se présentent nécessairement dans l'ordre familier où la mémoire les a reçus (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p.288). Les troupeaux, suivant l'ordre des saisons, ont passé des hauteurs à la plaine et vice versa (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.82):
3. ... on ne saurait établir un ordre entre des termes sans les distinguer d'abord, sans comparer ensuite les places qu'ils occupent; on les aperçoit donc multiples, simultanés et distincts; en un mot, on les juxtapose, et si l'on établit un ordre dans le successif, c'est que la succession devient simultanéité et se projette dans l'espace.
BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p.86.
[Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. indiquant le principe classificateur] Ordre d'arrivée, de départ; ordre d'inscription; ordre d'entrée en scène; classer des objets par ordre de grandeur, de taille, de prix; ordre d'importance, de préférence; ordre décroissant. Il y a trois choses qui mènent les actions humaines. Les voici, par ordre montant de puissance: la passion, l'intérêt, la vanité (GONCOURT, Journal, 1864, p.85). Si l'on a pu disposer les nombres en ordre croissant, c'est (...) parce qu'il existe entre eux des rapports de contenant à contenu, et qu'on se sent capable d'expliquer avec précision en quel sens l'un est plus grand que l'autre (BERGSON, Essai donn. imm., 1889 p.16):
4. Les anciens savaient déjà que le destin (...) était, non pas tant une fatalité, conduisant notre vie selon un chemin calculé par quelque divinité, mais avant tout une subtile liaison entre tous les moments d'une même vie; ces moments, qui nous apparaissent ordinairement, dans un ordre de succession chronologique, comme isolés les uns des autres, sont entre eux dans un rapport interne, assez semblable à l'unité d'un développement musical.
BÉGUIN, Âme romant., 1939, p.113.
Ordre alphabétique. Ordre de succession suivant la classification des lettres de l'alphabet. Tests de persévérance: exécuter un travail long et fastidieux, comme trouver trente épingles cachées dans une boîte de son; classer de nombreux mots par ordre alphabétique (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.17).
Ordre chronologique. Classification d'événements ou d'objets suivant leur succession dans le temps. Classer une correspondance, des documents par ordre chronologique. J'ai tracé un tableau rapide des révolutions que quelques écrivains français ont fait faire aux goûts littéraires de 1795 à 1810 (...). Je rappellerai ici les noms de ces écrivains en les plaçant dans un ordre chronologique (DELÉCLUZE, Journal, 1827, p.373). Il existait un document fixant par ordre chronologique les diverses mesures à prendre en cas de tension politique (JOFFRE, Mém., t.1, 1931, p.208).
Ordre hiérarchique. Classification selon laquelle chaque terme est subordonné au suivant en fonction d'une norme établie. Après avoir passé par le bien absolu, on retrouve les biens illusoires et partiels, mais dans un ordre hiérarchique qui fait qu'on ne se permet la recherche de tel bien que dans la limite permise par le souci de tel autre (S. WEIL, Pesanteur, 1943, p.60).
b) Spécialement
DROIT
DR. CIVIL. ,,Ensemble d'héritiers légitimes qui, considérés collectivement, excluent un ensemble d'autres héritiers, également pris d'une manière collective, ou qui se trouvent exclus par eux`` (CAP. 1936). Ordre de succession. Il y a quatre ordres d'héritiers: 1o les descendants du défunt; 2o le père, la mère, les frères et soeurs et descendants d'eux; 3o les ascendants autres que les pères et mères; 4o les collatéraux autres que les frères et soeurs et descendants d'eux (CAP. 1936).
PROCÉDURE. Procédure amiable ou judiciaire, tendant à régler la répartition du prix de vente d'un ou de plusieurs immeubles d'un débiteur entre ses créanciers privilégiés et hypothécaires, d'après le rang de leurs privilèges et hypothèques (d'apr. CAP. 1936). Ordre amiable, consensuel (ou conventionnel), ordre judiciaire; distribution par voie d'ordre.
LING. Ordre et construction de la phrase. Il suffit de retourner l'ordre des mots pour avoir leur sens retourné (ÉLUARD, Donner, 1939, p.173):
5. La construction est (...) la première partie de la syntaxe. Elle en est la plus importante, et celle dont l'utilité est la plus universelle; car il n'y a pas une circonstance dans le langage, quel qu'il soit, où il ne faille pour le rendre intelligible, établir un ordre quelconque entre les signes qui le composent...
DESTUTT DE TR., Idéol. 2, 1803, p.171.
Ordre grammatical (ou canonique); ordre logique; ordre psychologique. Dans une langue donnée, quand il existe une certaine liberté dans l'ordre des mots, on parle d'ordre grammatical ou ordre canonique pour celui qui est le plus conforme aux règles générales de la langue; d'ordre logique pour celui qui paraît conforme à la démarche supposée de la pensée; d'ordre psychologique pour celui qui résulte de l'état d'esprit de celui qui parle (Ling. 1972).
HIST. DE LA GRAMM. Ordre habituel (ou usuel, ou direct); ordre occasionnel (ou inverse). Sans préjuger de la valeur de l'ordre, on appelle parfois habituel ou usuel, ou direct celui que l'on constate normalement dans un type de phrase donné, occasionnel ou inverse celui qui apparaît comme exceptionnel par rapport au premier (MAR. Lex. 1933). Ordre naturel des mots.
MATH. Rapport de succession obéissant à une loi. Ordre de valeurs croissantes, décroissantes; ordre des nombres entiers; ordre sériel.
Relations d'ordre. ,,Relations asymétriques et transitives auxquelles satisfont des couples d'éléments d'un ensemble ordonné`` (UV.-CHAPMAN 1956).
Statistiques d'ordre (ou de rang). Fonctions des observations tenant compte de leur rang et de leur valeur dans une série ordonnée, ou simplement des rangs (d'apr. MOR. 1968). On utilise les statistiques d'ordre lorsque les observations peuvent être rangées par ordre croissant ou décroissant, ou lorsque les mesures ne peuvent se faire que sur une échelle ordinale. Dans ce cas, peu importe la valeur absolue d'une observation, seul son numéro d'ordre intervient dans la statistique (THINÈS-LEMP. 1975).
c) Loc. Ordre du jour. Liste des sujets classés à la suite les uns des autres dans l'ordre où ils doivent être abordés et examinés par une assemblée délibérante. Voter, demander l'ordre du jour; être à l'ordre du jour; inscrire une question à l'ordre du jour. L'ordre du jour avoué était de discuter la continuation de la grève; mais, en réalité, on attendait Pluchart, on comptait sur un discours de lui, pour enlever l'adhésion en masse à l'Internationale (ZOLA, Germinal, 1885, p.1337). L'ordre du jour, qu'on avait lu à l'Officiel, était de tout repos, on continuerait les discussions sur les constructions navales (BARRÈS, Cahiers, t.5, 1906, p.62).
Mettre à l'ordre du jour. Inscrire une question parmi celles qui doivent être discutées. (Dict. XIXe et XXe s.).
Passer à l'ordre du jour. Revenir à la discussion des questions inscrites après refus d'aborder une question non inscrite. La commission des pétitions fera sans doute son rapport sur celle-ci dans une des prochaines séances. Il serait bien regrettable si elle n'était point prise en considération, et si la chambre passait à l'ordre du jour (BOREL, Champavert, 1833, p.199).
P. méton. Résolution adoptée par une assemblée délibérante. Ordre du jour motivé; ordre du jour de confiance, de défiance.
(Être, mettre) à l'ordre du jour; faire partie de l'ordre du jour. Figurer parmi les questions d'actualité, parmi les préoccupations du moment. La question de la propriété et du communisme a été constamment à l'ordre du jour de l'Europe selon le conseil du Manifeste (JAURÈS, Ét. soc., 1901, p.XXXII). La crise ne fait que commencer et se traduit moins par la lutte pour la paix, qui est à l'ordre du jour dans toute l'Europe, que par la perspective prochaine du krach de la paix civile entre les classes (BARRÈS, Cahiers, t.11, 1917, p.276).
En partic. Figurer parmi les questions de l'actualité gouvernementale, dont le gouvernement s'occupe tout particulièrement. (Dict. XIXe et XXe s.).
2. a) Disposition, distribution dans l'espace conforme à une loi, à des règles. Objets rangés par ordre de grandeur, de taille. Tout le long [de la cave] s'étendaient des rayons, et sur ces rayons étaient couchées des bouteilles dans un ordre admirable (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p.17). Leur danse [des douze jeunes filles] était voluptueuse, molle et sans ordre apparent, bien que toutes les figures en fussent réglées d'avance (LOUYS, Aphrodite, 1896, p.141). Un ordre s'ébauchait dans la cohue des vagues (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p.128). Au XVIIe siècle, la lettre, seule, le plus souvent, italique ou romaine, compacte ou aérée, emplit la page de ses noirs bataillons en ordre régulier (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p.13).
b) Spécialement
) Dans le domaine des Beaux-Arts. L'ordre et les proportions. Dans son acception plus restreinte, la composition n'est autre chose que l'ordonnance, c'est-à-dire l'art de mettre en ordre les éléments du tableau (Ch. BLANC, Gramm. arts dessin, 1876, p.496).
) ART MILIT. Disposition d'une troupe sur le terrain. Ordre dispersé, profond, mince; ordre en ligne, en colonne par deux. Il fallait que toute l'armée se rassemblât sur son extrême droite: opération dangereuse, si les neiges n'eussent pas alors couvert les débouchés des Alpes. Le passage de l'ordre défensif à l'ordre offensif est une des opérations les plus délicates (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.348). On comprenait qu'il était fier d'un si bel ordre de marche: une colonne de trois lieues et demie, c'était magnifique (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.2, 1870, p.186).
Ordre serré. Formation des unités militaires strictement définie par les règlements pour la progression ou le défilé, indépendamment des considérations tactiques du combat. Alignement, rassemblement en ordre serré; mouvements exécutés en ordre serré. La brigade Jonack s'engage (...). Elle présente une mince ligne de tirailleurs suivie par des bataillons en ordre serré, incapables de manoeuvrer (FOCH, Princ. guerre, 1911, p.206).
Ordre de bataille. Rang, position assigné(e) aux différents corps de l'armée pour se présenter au combat. [Berthelot] me proposa (...) pour préparer la bataille prochaine, de modifier l'ordre de bataille ainsi que les limites des zones d'action de la 4e armée (JOFFRE, Mém., t.1, 1931, p.384). Rang assigné pour figurer dans les prises d'armes et les défilés. J'admirais l'ordre de bataille, les dispositions par sections, la course au pas gymnastique, les changements de front, les mouvements des centres et des ailes (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.170).
P. méton. Document précisant l'organisation du commandement et la répartition des unités suivant leur dispositif stratégique ou tactique. Un de ces tableaux, sous une couverture intitulée en belle écriture ronde:ordre de bataille sur le front de Verdun au 20 mars 1916, et annexes, donnait la répartition des unités (...) telle qu'elle se présentait effectivement au 20 mars (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p.191).
Au fig. ou p. métaph. Les dernières applications de la photographie —qui couchent aux pieds d'une cathédrale toutes les maisons qui nous parurent si souvent, de près, presque aussi hautes que les tours, font successivement manoeuvrer comme un régiment, par files, en ordre dispersé, en masses serrées, les mêmes monuments (PROUST, Guermantes 2, 1921, p.365).
MAR. Ordre de convoi, de file, de front. Formation de navires en rangs serrés. (Dict. XIXe et XXe s.).
AVIAT. Escadrille en ordre triangulaire (Dict. XIXe et XXe s.).
C. —Organisation satisfaisante et rationnelle.
1. Disposition, manière de ranger, d'arranger les choses, de déterminer leur place de la façon qui semble la plus satisfaisante, la plus fonctionnelle. Aimer l'ordre; avoir le goût, le souci de l'ordre; le bon ordre d'une maison; mettre de l'ordre dans une pièce, dans sa chevelure. Dans ce navire, tout était propre, luisant, frotté; il y régnait un ordre admirable, un arrangement minutieux des plus petits détails (SUE, Atar-Gull, 1831, p.2). Un ordre merveilleux règne autour d'elle; il semblerait que les choses se classent et s'accommodent ainsi toutes seules, par la seule vertu de sa présence (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p.86):
6. Dans une armoire, seul un pauvre d'âme pourrait mettre n'importe quoi. Mettre n'importe quoi, n'importe comment, dans n'importe quel meuble, marque une faiblesse insigne de la fonction d'habiter. Dans l'armoire vit un centre d'ordre qui protège toute la maison contre un désordre sans borne. Là règne l'ordre ou plutôt, là l'ordre est un règne. L'ordre n'est pas simplement géométrique. L'ordre s'y souvient de l'histoire de la famille.
BACHELARD, Poét. espace, 1957, p.83.
P. méton. Qualité d'une personne qui a le souci de l'organisation, du rangement. Manquer d'ordre. Louise a beaucoup d'ordre et de soin. Jamais elle n'égare son mouchoir, ni ses rubans. C'est une grande qualité que l'ordre et tous les enfants devraient ressembler à Louise (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p.119).
♦[En fonction de déterm.] Homme, femme d'ordre. Personne d'ordre, de grand bon sens et de grand coeur, ma tante doublait exactement son mari (GIDE, Si le grain, 1924, p.414).
Être en ordre. Être rangé, disposé convenablement; être en état de fonctionner. (Re)mettre qqc. en (bon) ordre; (re)mise en ordre; (re)mettre de l'ordre dans qqc. (Fait d')organiser, ranger, disposer (de nouveau) convenablement. (Re)mettre sa chambre, ses dossiers en ordre; mettre sa comptabilité en ordre; mettre de l'ordre dans ses comptes, dans ses livres. Les Maheu se montraient reconnaissants envers leur logeur, son linge était lavé, raccommodé, ses boutons recousus, ses affaires mises en ordre (ZOLA, Germinal, 1885, p.1274). Quand il eut mis toutes choses en ordre et comme il voulait qu'elles fussent pour dormir pendant son absence, il s'habilla proprement (R. BAZIN, Blé, 1907, p.271). Je passai ma cravate noire, je donnai un coup de brosse à mes cheveux, gestes derniers d'une mise en ordre tardive (PROUST, Guermantes 2, 1921, p.390).
En partic. [Le compl. désigne un organisme, un service, une affaire] (Re)mettre en état de bon fonctionnement, (ré)organiser. (Re)mettre de l'ordre dans une administration, un service. Il n'y avait qu'à attendre que le général Pau ait pris son commandement et remis les choses en ordre (JOFFRE, Mém., t.1, 1931, p.259). Permettre au commandant la remise en ordre des unités dont la nature même de la bataille avait dissocié tous les liens (JOFFRE, Mém., t.1, 1931 p.476).
Loc. Mettre ses affaires en ordre. Prendre des dispositions pour régler sa succession. (Dict. XIXe et XXe s.). P.ext. Se préparer à la mort (Dict. XIXe et XXe s.).
Mettre (bon) ordre à qqc. Remédier à une situation fâcheuse ou défectueuse. Je me défiais des écarts de l'imagination: j'y mis bon ordre (FROMENTIN, Dominique, 1863, p.244). Il ne fallait pas que la vie fût si facile pour moi, il y a quelqu'un qui s'est chargé d'y mettre bon ordre (CLAUDEL, Père humil., 1920, II, 2, p.521).
Mettre, donner, apporter (bon) ordre à qqc. (vx). Pourvoir à quelque chose en prenant toutes les dispositions nécessaires. (Dict. XIXe et XXe s.).
(Machine) en ordre de marche. En état de fonctionner. Une efficacité surveillée, tendue, alertée, se retrouvait, se rassemblait autour de nous à travers le noir; je la sentais nouer ses rênes dans mes mains, crépiter avec les intervalles exacts d'une machine en ordre de marche (GRACQ, Syrtes, 1951, p.62).
2. Organisation, présentation des idées ou des faits de façon logique ou rationnelle (notamment dans le domaine du raisonnement, de l'argumentation). Sentiments difficiles à mettre en ordre. Le marquis avait besoin d'un chef d'état-major qui mît un ordre clair et facile à saisir dans toutes ses affaires d'argent (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p.264). C'est cette science à la dernière heure qui gêna, perdit Clemenceau (...) Ribot de sa place lui fit des objections, qu'il ne comprit même pas très bien. Cependant il avait dérangé l'ordre de son discours (BARRÈS, Cahiers, t.5, 1906, p.124). J'essayais de mettre un peu d'ordre dans mes idées pour me préparer à une entrevue délicate (GRACQSyrtes, 1951, p.45).
♦[En fonction de déterm.] Esprit d'ordre. J'annonçais (...) cet esprit d'ordre et d'activité qui tient lieu de l'intelligence des affaires (NODIER, Fée Miettes, 1831, p.86).
En partic., vx. Méthode. (Dict. XIXe et XXe s.).
Loc. Par ordre. Méthodiquement. —Ma parole, elle est à lier, s'écria Cadignan, stupéfait. Tu n'as pas un grain de bon sens, Mouchette, avec tes phrases de roman. Il bourra lentement sa pipe, l'alluma, et dit: —Procédons par ordre. Quel ordre? Combien d'autres avant lui nourrirent cette illusion de prendre en défaut une jolie fille de seize ans, tout armée? (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p.82).
D. —Ensemble de règles, de lois.
1. Ensemble de lois régissant l'univers. L'ordre naturel est la loi d'une chose conforme à sa nature (COUSIN, Philos. écoss., 1857, p.223). L'artiste qui prétend maintenir les lois de la beauté et manifester une pensée négatrice de toutes lois, trouble l'ordre profond des choses. Dans le réel tout se tient; qui proscrit l'ordre et la vérité dans la pensée doit les proscrire dans le style (MASSIS, Jugements, 1923, p.275):
7. ... étant enfant je croyais à l'ordre du monde, je veux dire par là que je me figurais que tout était comme il devait être, que des lois justes gouvernaient la société entière; et peu à peu, je découvris avec un sentiment d'inquiétude qui dure encore, que le monde était en proie à une folie générale, que rien n'était solide, que tout était suspect, et que nous vivions dans un état voisin du chaos.
GREEN, Journal, 1942, p.211.
En partic. Principe de causalité, de finalité, lois déterminant l'organisation, l'évolution du monde considéré comme la manifestation d'une volonté organisatrice ou comme une propriété de la matière. [Malebranche] est aussi l'auteur de la belle théorie de l'ordre universel et immuable, en vertu duquel Dieu n'a pas à changer à tout moment les lois qu'il a données une fois pour toutes à la nature (COUSIN, Hist. gén. philos., 1861, p.456). L'heure vient où sur les ruines de ce qui reste encore de l'ancien ordre chrétien, le nouvel ordre va naître qui sera réellement l'ordre du monde, l'ordre du prince de ce monde, du prince dont le royaume est de ce monde (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1494):
8. [Dieu] a mis sa ressemblance auguste dans l'ordre admirable qui est la forme de la Création; il a laissé son vestige dans les êtres qui la composent, en leur donnant, selon leur degré de perfection, un instinct qui les fait contribuer pour une part proportionnelle à l'ordre général. Ainsi, une impulsion puissante fait courir chaque créature dans une direction déterminée à travers la grande mer de l'existence, dilate le feu, condense la terre, fait battre les coeurs, éveille les esprits.
OZANAM, Philos. Dante, 1838, p.162.
Loc. C'est dans l'ordre (des choses). C'est une chose normale, prévisible, inévitable. Les anciens sentoient, nous avons vu que cela n'étoit pas dans l'ordre, et nous raisonnons. Les sensations avoient des bornes nécessaires; mais, pour nous, notre marche est illimitée (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p.235):
9. ... Charles, pour la première fois se révoltant, prit la défense de sa femme, si bien que Madame Bovary mère voulut s'en aller. Elle partit dès le lendemain, et, sur le seuil, comme il essayait à la retenir, elle répliqua: —Non, non! Tu l'aimes mieux que moi, et tu as raison, c'est dans l'ordre.
FLAUB., Mme Bovary, t.2, 1857, p.125.
Rem. On relève employée dans ce sens, la loc. c'est dans l'ordre commun: En faisant pénitence de mon innocence, j'aurais préparé ma rentrée au conseil. C'eût été mieux dans l'ordre commun (CHATEAUBR., Mém., t.3, 1848, p.255).
P. ext. L'ordre des choses. Situation générale, ensemble d'événements. Bénissons l'ordre actuel des choses, auquel nous devons les avantages d'une navigation intérieure de plus de 500 lieues (...) dans le cours de laquelle on ne rencontre d'autre interruption que ce portage (CRÈVECOEUR, Voyage, t.2, 1801, p.189).
Il est dans l'ordre, c'est dans l'ordre de + inf., que + subj. Il est normal, prévisible, inévitable de..., que... Il n'est pas dans l'ordre de faire ses amis de gens insupportables; mais il faut les supporter, les souffrir (DUPANLOUP, Journal, 1876, p.61).
2. Organisation sociale; ensemble des lois et des institutions régissant une société (dans ses composantes politiques, économiques, juridiques, etc.). Ordre moral, politique, social; ordre établi, existant; nouvel ordre économique mondial, nouvel ordre monétaire. À travers la diversité des régimes politiques, le nouvel ordre bourgeois créé par la Révolution se développe. Voici que sous l'Empire, sous la Restauration, le système économique de la bourgeoisie, fondé sur la concurrence illimitée, commence à produire ses effets (JAURÈS, Ét. soc., 1901, p.141). Vais-je devoir croire pour ne pas désespérer de moi-même que le capitalisme est un ordre éternel, capable de sanctifier comme un Dieu toutes les trahisons qu'on commet en son nom? Va-t-il falloir croire aux ordures de l'ordre? (NIZAN, Conspir., 1938, p.242):
10. En juin 36, j'ai rendu visite aux employés du Louvre qui «occupaient» leur magasin. Ils étaient ahuris de joie (...) l'acte d'audace inouï qu'ils venaient d'accomplir (imaginez ce que représente pour un «calicot» une grève avec occupation) leur faisait entrevoir pour la première fois que l'ordre des choses qui les contraignait à travailler toute la journée, toute la vie, pour un salaire dérisoire, à trembler devant le chef de rayon, etc., n'était pas le seul ordre possible, qu'il leur appartenait de le modifier, qu'eux aussi pouvaient espérer le bonheur. Ils venaient de découvrir la possibilité du bonheur:ils en étaient comme ivres.
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p.172.
HIST. (Seconde Guerre mondiale). Ordre nouveau. Les vainqueurs provisoires du continent européen s'efforcent de construire ce qu'ils appellent un ordre nouveau (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p.570).
Nouvel ordre européen. Il y a eu trois camps de prisonniers français en Pologne: Graudenz, Rawaruska et Kobjercyn (...) [ils] réunissaient tous ceux dont la conduite ne laissait plus d'espoir qu'ils pussent un jour rallier le «nouvel ordre européen» (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.299).
DR. Ordre public. ,,Ensemble des institutions et des règles destinées à maintenir dans un pays le bon fonctionnement des services publics, la sécurité et la moralité des rapports entre les particuliers`` (CAP. 1936). Contraire à l'ordre public; troubler l'ordre public. C'est quand l'État est en danger, c'est quand l'ordre public est troublé, qu'il faut demander à la justice et aux lois un appui contre la révolte (SCRIBE, Bertrand, 1833, IV, 5, p.198). L'ordre public et la sécurité des citoyens ne demandaient que la garantie des possessions; pourquoi la loi a-t-elle créé des propriétés? (PROUDHON, Propriété, 1840, p.203). Le maintien de l'ordre public appartient exclusivement à l'autorité française (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954 p.560).
P. méton. Stabilité sociale, respect des institutions en vigueur, de la hiérarchie sociale. Partisan de l'ordre. La France, sous un ordre apparent, est toujours en révolution (MICHELET, Journal, 1856, p.309). Comme ils [des sergents de ville] arrêtaient les voitures pour ne laisser passer personne, le jeune homme traversait, sans en avoir besoin, pensant faire plaisir à ces soutiens de l'ordre (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p.395):
11. «Le parti de l'ordre a toujours été le même» dit Renan. C'est l'organisation des maîtres du monde, profitant de l'ordre établi (...). C'est le parti des plus forts, où toutes les puissances sociales se concentrent. Avec la loi pour théorie, avec la force pour ultima ratio, il fera jouer tous les ressorts pour garder la possession d'État.
CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p.IV.
En partic. Absence de troubles dans la rue. Maintien de l'ordre; maintenir, faire régner l'ordre; forces de l'ordre (v. force I C 2). Il y eut des scènes sanglantes; des barricades se formèrent, et les troupes envoyées pour rétablir l'ordre furent obligées de faire feu (CHATEAUBR., Mém., t.3, 1848, p.295).
[P. allus. hist.] L'ordre règne à Varsovie. Les Prussiens entreront dans Paris et «l'ordre régnera à Varsovie»! (FLAUB., Corresp., 1871, p.216):
12. Vous serez consigné quatre jours pour me poser des questions ridicules! Cette petite exécution fit son effet: on n'insista pas davantage, et les hommes, traînant leurs sabots, leurs gamelles au poing et leurs pains sous l'aisselle, s'en allèrent achever leurs repas où ils purent, sur le pied de leurs lits ou sur l'appui des fenêtres. Une fois de plus l'ordre régnait dans Varsovie.
COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 1re part., VI, p.74.
Service d'ordre. Formation de police ou formation militaire destinée à maintenir l'ordre, à réprimer les troubles. Les casques du service d'ordre qui s'établissait luirent un peu sous un vague soleil (ARAGON, Beaux quart., 1936, p.260). P. anal. Groupe de personnes assurant la sécurité et le déroulement sans troubles et sans heurts d'une cérémonie, d'une manifestation, d'un rassemblement. Quand le salon devenait trop plein, la dame d'honneur chargée du service d'ordre donnait de l'espace en guidant les habitués dans un immense hall (PROUST, Guermantes 2, 1921, p.456). Est-ce vrai, dit Mme Beurdeley, qu'on craint des incidents pour la représentation? —Oh! répliqua le couturier, il y a un discret service d'ordre (ARAGON, Beaux quart., 1936 p.214).
♦[En fonction de déterm.] Ma mère était une femme d'ordre et de hiérarchie (MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Mlle Perle, 1886, p.637). En vivant publiquement avec deux femmes sous le même toit, vous l'homme d'ordre, vous le défenseur des principes, vous rompez en visière à toutes les lois morales (FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1923, III, 5, p.21).
3. Conformité à un règlement, à une norme; respect du règlement, de la discipline. À Metz la fermentation diminue aussi, et (...) il y a lieu d'espérer que l'ordre se rétablira dans tous les régiments (MARAT, Pamphlets, C'est un beau rêve, 1790, p.231):
13. En vain avais-je suggéré que le tourniquet soit tourné d'une manivelle irrégulière, et les lames de zanzi recherchées pour leur tonalité incertaine. Gaston Litaize avait voulu tout faire rentrer dans l'ordre, et les objets avaient résisté. L'exécution elle-même sentait la baguette, la férule de l'interprétation mesurée.
SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.25.
Rappel à l'ordre
♦Admonestation adressée à une personne pour lui rappeler ce qu'il convient de dire ou de faire dans des circonstances données, ou pour lui rappeler un règlement. Jadis, on pouvait bavarder en pleine rue; les joueurs d'échecs et les acteurs, les membres du Conseil d'État et les ombres du Palais-Royal ne craignaient aucun coup de trompe, aucun dérapage, aucun rappel à l'ordre des agents (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.90).
♦Peine disciplinaire appliquée par le président d'une assemblée délibérante à un membre qui n'en respecte pas le règlement. Si un membre de l'assemblée trouble l'ordre, il y est rappelé nominativement par le président; s'il insiste, le président ordonne d'inscrire au procès-verbal le rappel à l'ordre (Règlement Ass. nat., 1849, p.18). Peines prononcées par le président seul: ce sont le rappel à l'ordre et le rappel à l'ordre avec inscription au procès-verbal. Ces sanctions sont purement morales et ont la valeur d'une réprimande (VEDEL, Dr. constit., 1949, p.412).
Rappeler qqn à l'ordre
♦Rappeler quelqu'un à ce qu'il convient de dire ou de faire dans une circonstance donnée; rappeler un règlement. S'il se donnait, en étude, une demi-heure de relâche, il passait cette demi-heure à montrer à tous son oisiveté, se levant vingt fois de place, se faisant constamment rappeler à l'ordre par le surveillant (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p.52). Des petites filles malingres, rappelées à l'ordre par une tape, se tordaient le cou vers la table merveilleuse (COCTEAU, Enfants, 1929, p.72). Vidame fit claquer sa langue contre ses dents, à petits coups secs, comme l'on fait pour rappeler à l'ordre une personne qui s'égare (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.269).
♦[Le suj. désigne le président d'une assemblée délibérante] Infliger une peine disciplinaire à un membre qui ne respecte pas le règlement. Le président, et lui seul, peut rappeler à l'ordre tout député qui est responsable d'un désordre quelconque (LIDDERDALE, Parlement fr., 1954, p.164).
À l'ordre! [Cri par lequel les membres d'une assemblée invitent le président à infliger le rappel à l'ordre à l'un de leurs collègues] Presque tous montèrent sur les bancs, et, le poing tendu, vociféraient: «Athée! aristocrate! canaille!» pendant que la sonnette du président tintait sans discontinuer et que les cris «À l'ordre, à l'ordre!» redoublaient (FLAUB., Éduc. sent., t.2, 1869, p.132).
II. —Catégorie, classe d'êtres ou de choses, rang dans un ensemble organisé, une série ou une classification.
A. —Catégorie, classe distinguée par les caractères propres des éléments qui la composent.
1. Catégorie, classe de faits ou d'idées appartenant à un domaine particulier.
♦[Constr. avec un adj. indiquant la nature de la catégorie ou de la classe] Ordre anatomique, chimique, cosmique, didactique, historique, intellectuel, juridique, matériel, physiologique. Il s'agit donc d'une crise générale des valeurs. Rien n'y échappe, ni dans l'ordre économique, ni dans l'ordre moral, ni dans l'ordre politique. La liberté elle-même cesse d'être de mode (VALÉRY, Variété III, 1936, p.223). Dans l'ordre imaginaire, il devient normal que l'éléphant, l'animal immense, sorte d'une coquille de limaçon (BACHELARD, Poét. espace, 1957, p.107).
♦[Constr. avec un compl. prép. de indiquant la nature de la catégorie ou de la classe] Ordre de la connaissance, de la morale, de la pensée; ordre des sciences. Un ordre de sensations et de raisonnements qui est tout à fait inaccessible à notre éducation et à nos habitudes (NODIER, Fée Miettes, 1831, p.61). Il y a eu dans mon adolescence un ordre de faits très important pour mon avenir (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1935, p.39). Dans l'ordre des arts plastiques comme dans celui de l'érudition, les publications de l'Institut d'Égypte, les découvertes d'Herculanum renouvellent la connaissance de l'antiquité (VALÉRY, Variété IV, 1938, p.103).
P. ext. Espèce, sorte, nature. Chose de même ordre, du même ordre; de tout ordre. Nous connaissons deux réalités d'ordre différent, l'une hétérogène, celle des qualités sensibles, l'autre homogène, qui est l'espace (BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p.83). La morale se forme donc, se transforme et se maintient pour des raisons d'ordre expérimental: ce sont ces raisons seules que la science de la morale entreprend de déterminer (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p.XXXVIII). Quant aux tiroirs du bureau, ceux de gauche étaient consacrés à des actes publics, à des contrats, aux affaires en cours, tandis que ceux de droite (...) semblaient plutôt réservés à des questions d'ordre personnel (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p.1325).
Loc. Dans le même ordre, dans un autre ordre d'idées; suivant cet ordre d'idées. De ce point de vue, d'un point de vue différent; suivant ce point de vue. Il serait assez intéressant de faire la coupe de tous les étages d'une maison, le facteur frappant à la porte, etc. (...) en suivant cet ordre d'idées, (...) je voudrais voir la coupe verticale d'une femme prude, offensée par un mot leste (GONCOURT, Journal, 1861, p.891). Si j'invoque le souvenir de ces petites libéralités, c'est à titre de simples circonstances atténuantes. Dans le même ordre d'idées et avant d'aborder la narration de mes malheurs, qu'il me soit permis de rappeler mon inébranlable attachement aux principes qui nous régissent (COURTELINE, Gend. sans pitié, 1899, 2, p.158).
Spécialement
MATH. Ordre d'un groupe. ,,Cardinal de l'ensemble de ses éléments`` (BOUVIER-GEORGE Math. 1979).
THÉOL. Ordre de la nature. État de l'homme considéré indépendamment de la grâce et de la vie surnaturelle (d'apr. MARCEL 1938). Ordre de la grâce ou ordre surnaturel. État de l'homme par rapport à la grâce, à son élévation surnaturelle par Dieu (d'apr. MARCEL 1938). L'unité de Dieu, premier principe dans l'ordre de la nature et dans l'ordre de la grâce; Dieu créateur et rédempteur, auteur de l'Ancien Testament et du Nouveau, à la fois juste et bon, qui a tiré du néant tout ce qui existe en dehors de lui, sans en excepter la matière (Théol. cath. t.4, 1 1920, p.1036).
2. Dans le domaine des Beaux-Arts. Ensemble architectural formé par les parties saillantes d'un édifice (colonnes, entablement, piédestal) caractéristiques d'un style. Ordre corinthien, ionique; ordre composite. Huit colonnes d'ordre dorique, sans base, soutiennent les côtés, et dix autres le fronton (NERVAL, Filles feu, Isis, 1854, p.654). Une jolie rotonde composée de quatre péristyles en saillie, ornée de huit pilastres d'ordre toscan, le tout couronné par une galerie circulaire aux quatre colonnes accouplées soutenant vingt arcades (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p.28).
P. méton. Partie d'un édifice construit dans tel ordre d'architecture. Il prisait les belles proportions des hôtels qui dressaient leurs ordres classiques, leurs portiques et leurs frontons entre cour et jardin (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.322).
Rem. Ordre ne s'applique qu'à l'archit. gr. ou rom. et aux styles qui en sont dérivés.
P. anal. [En parlant d'un objet quelconque] Style. C'était une de ces coiffures d'ordre composite, où l'on retrouve les éléments du bonnet à poil, du chapska, du chapeau rond (FLAUBERT ds Lar. Lang. fr.).
3. SC. NAT. [Dans les classifications systématiques, notamment en bot. et en zool.] Division intermédiaire entre la classe et la famille. Ordre des conifères; ordre des primates. Sans l'immense consommation qui se fait, dans la nature, des animaux qui composent les premiers ordres du règne animal, ils accableroient bientôt et peut-être anéantiroient, par les suites de leur énorme multiplicité, les animaux plus parfaits qui forment les dernières classes et les derniers ordres de ce règne (LAMARCK, Philos. zool., t.2, 1809, p.14).
B. —Catégorie, classe de personnes établie par l'attribution d'un rang dans une hiérarchie ou la soumission à des règles.
1. a) [Dans une société hiérarchisée divisée en plusieurs catégories ou classes sociales] Classe regroupant certains citoyens. Le Sénat, peu à peu éliminé de la marche des affaires par les empereurs, en tant qu'assemblée politique, reste l'expression d'une classe ou ordre sénatorial qui maintient sa participation au gouvernement tandis que se développe l'ordre équestre (chevaliers), grande pépinière des fonctionnaires impériaux (P. GRIMAL, La Civilisation romaine, Paris, Arthaud, 1962, p.482).
En partic. [Sous l'Ancien Régime] Chacune des trois classes composant la société française (noblesse, clergé et tiers état). N'est-il pas trop certain que l'ordre noble a des privilèges, des dispenses, même des droits séparés des droits du grand corps des citoyens? (SIEYÈS, Tiers état, 1789, p.31). Enfin arriva ce jour tant désiré de l'ouverture des états (...). Les divers ordres du royaume revêtus des habits de leur état, la pompe de la religion (...), le roi revêtu des ornemens de la royauté, tout concourait à présenter le plus imposant des spectacles (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p.1585).
b) DR. Chacune des quatre classes d'héritiers légitimes établies par la loi d'après le degré de parenté avec le défunt (v. supra I B 1 b).
2. Groupe, association de personnes obéissant à des règles religieuses, morales, professionnelles.
a) Communauté de personnes dont les membres, après avoir prononcé des voeux solennels, vivent dans l'état religieux sous l'observance d'une règle. P. ext. Toute communauté religieuse. Ordre de Saint-Benoît, des Carmélites; ordre cistercien; ordres monastiques, mendiants; abbé, chef, supérieur d'un ordre; règle, observance, habit d'un ordre. [J']endossai de nouveau la soutane pour entrer comme surveillant et professeur adjoint de sixième à l'institution Saint-Pierre, à Cervins (...) le supérieur appartenait à l'ordre des prêtres du Sacré-Coeur de Cervins (BILLY, Introïbo, 1939, p.165). V. enseignant II A 1 ex. de Gobineau et idée ex. 30.
Tiers-ordre. Association affiliée à un ordre religieux, formée de fidèles vivant dans le monde ou de réguliers menant la vie de la communauté. Tiers-ordre séculier; tiers-ordre régulier. Le premier Tiers-Ordre remonte à S. François d'Assise, qui après avoir fondé les Frères Mineurs et les Clarisses, établit en 1221 un troisième Ordre pour les chrétiens vivant dans le monde (Foi t.1 1968).
b) Compagnie religieuse et militaire créée au Moyen Âge pour combattre les infidèles ou pour remplir une fonction hospitalière. Ordre du Temple (des Templiers), des Chevaliers Teutoniques; Ordre de Saint Jean de Jérusalem (devenu Ordre de Malte); Maître, Grand-Maître d'un Ordre. Ce voeu [de célibat] n'étoit pas général dans les ordres militaires chrétiens. Les chevaliers de S. Jacques-de-l'épée, en Espagne, pouvoient se marier; et dans l'ordre de Malthe, on n'est obligé de renoncer au lien conjugal, qu'en passant aux dignités de l'ordre (CHATEAUBR., Génie, t.2, 1803, p.473). La force de l'Ordre teutonique qui couvrait de tours carrées flanquées de poivrières aiguës la Bavière et les Sept Montagnes (FAURE, Hist. art, 1912, p.306).
c) Compagnie d'honneur instituée par un souverain ou un état, constituée par un ancien ordre de chevalerie ou créée, et dans laquelle on est admis soit par la naissance soit par le mérite ou les services rendus. Ordre de Saint-Michel, de la Toison d'Or, de la Jarretière, du Saint-Esprit:
14. Les uniformes surtout fatiguaient l'oeil de leurs broderies; les ordres étrangers, les plaques de pierreries, les grands cordons, tous les aigles allemands, toutes les jarretières anglaises, les toisons d'or et les couronnes de fer, les Cincinnatus et les Nicham Iftihar se déployaient sur les fracs civils ou militaires et formaient comme autant de ruisseaux d'or et d'argent...
REYBAUD, J. Paturot, 1842, p.227.
♦[En France] Association honorifique dans laquelle l'État nomme les citoyens dont il veut récompenser les mérites personnels. Ordre de la Légion d'Honneur; Ordre des Arts et Lettres; Ordre (national) du Mérite; Ordre de la Libération (v. libération A 1 b hist. ex. de De Gaulle).
P. méton. Décoration, insigne de l'appartenance à un ordre. Avoir l'ordre de la Légion d'Honneur. (Dict. XIXe et XXe s.).
d) Organisme institué par une loi, chargé d'assurer la réglementation, la discipline et la défense de certaines professions libérales et auquel les membres de la profession sont tenus d'adhérer. Ordre des architectes, des avocats, des médecins; Conseil de l'ordre. V. bâtonnat ex.
C. —Catégorie, classe distinguée du point de vue de la valeur attribuée aux éléments qui la composent. Faits d'un ordre plus important; intuition d'ordre supérieur. Vers huit heures, on soupait avec entrée, rôti, entremets, salade et dessert: on faisait une partie, et l'on allait se coucher. Il y a toujours eu à Paris des soupers d'un ordre plus relevé, et qui commençaient après le spectacle (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p.246). Pour les harmoniques d'ordre élevé le nombre des vibrations tend vers une limite finie (H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p.206).
De premier ordre. De première qualité, excellent. Il peut réciter par coeur un nombre plus ou moins grand de fragments des poètes et, enfin, (...) il ajoute à cela d'avoir une belle écriture, ce qui est ici un mérite de premier ordre (GOBINEAU, Corresp. [avec Tocqueville], 1856, p.252). Je vous dis que vous avez là une chatte de premier ordre! (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p.45):
15. Mais de tous ses mots, le plus goûté le fut par Françoise qui, encore plusieurs années après, ne pouvait pas «tenir son sérieux» si on lui rappelait qu'elle avait été traitée par l'ambassadeur de «chef de premier ordre», ce que ma mère était allée lui transmettre comme un ministre de la Guerre, les félicitations d'un souverain de passage après «la revue».
PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p.483.
De/du second ordre. Moyen, de qualité, d'importance moyenne. Je trouve des qualités charmantes au talent de M. de Musset; mais enfin, comme vous le dites vous-même, le total forme un talent du second ordre (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Gobineau], 1844, p.74). La signature de la paix, qui occupa beaucoup plus l'opinion en France à cette époque, n'est aujourd'hui qu'un souvenir de second ordre, un événement passager qui n'eut point de stabilité, qu'on eut bientôt à considérer comme non avenu (SAND, Hist. vie, t.2, 1855, p.2). S'ensevelir ici dans une vie de province qui n'a pas les attraits d'une sous-préfecture de second ordre? (SARDOU, Rabagas, 1872, I, 10, p.26).
De troisième, quatrième ordre; du dernier ordre. Inférieur, de dernière qualité, médiocre. [Beethoven] préférera s'adresser à des poètes de second ordre, ou de troisième (ROLLAND, Beethoven, t.1, 1937, p.162). Une philosophie générale sur l'homme, la vie et ses problèmes, dignes d'un journaliste de troisième ordre (MARROU, Connaiss. hist., 1954, p.103).
De l'ordre de. Équivalent à, du genre de. Une «dépêche de Berlin» relatant les effroyables pertes russes en matériel de guerre, (...) se termine ainsi: «Quant aux pertes bolcheviques en hommes, le 13 février, dans ce secteur, elles ont été de l'ordre de mille, alors que les Allemands ne perdaient que onze hommes en tout et pour tout!» (GIDE, Journal, 1943, p.194). Un prélèvement de longueur quelconque (de l'ordre de quelques secondes à une minute par exemple) (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p.203).
Ordre de grandeur. Catégorie d'importance. À les entendre, l'expérience religieuse de W. James est l'ouvrage pascalien de notre siècle. Cette assimilation, malgré ce qu'elle a de grossier, n'est point pour nous déplaire; elle accuse, par son exagération même, le danger de Pascal. Certes, nous sommes, avec lui, dans un autre ordre de grandeur (MASSIS, Jugements, t.1, 1923, p.287). Théoriquement du moins, matière et forme ne sont pas si opposées: de l'espace dans de l'espace, telles seraient nos architectures de matière, à cela près que l'ordre de grandeur enlève toute commune mesure à ces deux espaces, leur confère des qualités sensorielles, donc esthétiques, sans aucun rapport (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952 p.51). V. grandeur I B 1 ex. de J. Rostand.
D.RELIG. Degré, grade dans la hiérarchie cléricale dans les Églises catholique et orthodoxe. Ordres ecclésiastiques; ordres mineurs (ordres de portier, lecteur, exorciste, acolyte); ordres majeurs (ordres de sous-diacre, diacre, prêtre). Un jeune homme (...) qui, entraîné par une irrésistible vocation, se destine à devenir bientôt prêtre des Missions étrangères, vient de m'adresser, au moment de recevoir les ordres majeurs et de prononcer le voeu suprême, une lettre qui m'a beaucoup ému (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p.69). Ma santé n'étant pas solide et m'ayant obligé plusieurs fois à prendre des congés, je ne fus pas appelé aux quatre ordres mineurs dans le délai normal (BILLY, Introïbo, 1939, p.76). V. anagnoste ex. 3.
Sacrement de l'ordre, l'ordre. Sacrement conférant le pouvoir d'exercer les fonctions ecclésiastiques, plus particulièrement la prêtrise. Conformément au système protestant de l'universel sacerdoce des fidèles, les novateurs étaient obligés de nier le sacrement de l'ordre. Il n'est pas question de sacrement d'ordre dans l'Évangile; c'est le «fanatique» Denys l'aréopagite qui l'a inventé. Tous les baptisés sont prêtres (Théol. cath. t.14, 1 1938, p.559). Les rites essentiels du sacrement de l'ordre comportent aujourd'hui la porrection des instruments, qui n'existait pas jadis (Théol. cath. t.14, 1 1938 p.569).
Entrer dans les ordres. Se faire prêtre. Le pauvre garçon devint amoureux d'une jeune fille qui mourut dans un accident de chemin de fer. Il crut son coeur brisé à jamais et (...) pensa ne pouvoir moins faire que d'entrer dans les ordres. Il serait frère prêcheur (AYMÉ, Jument, 1933, p.39).
III. —Commandement, injonction.
A. —Acte par lequel une autorité commande de faire quelque chose; ensemble d'injonctions, de dispositions impératives. Ces instants (...) n'étaient réellement consacrés qu'à recevoir le matin, ou congédier le soir, ceux de sa maison [de Napoléon] qui avaient des ordres directs à prendre de lui (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.397). Il allait des uns aux autres. Chacun invoquant des ordres supérieurs le renvoyait sans l'écouter (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p.19):
16. C'est alors qu'il donne l'ordre fou, l'ordre jugé délirant, absurde, imbécile et despotique par le peuple et par tout son entourage. Dare-dare, il dépêche vers le navire qu'il présume contaminé la barque du pilote et quelques hommes, avec l'ordre pour le Grand-Saint-Antoine d'avoir à virer de bord tout de suite, et de faire force de voiles hors de la ville, sous peine d'être coulé à coups de canon.
ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p.20.
SYNT. Ordre écrit, verbal; ordre e.près, formel, impératif; ordre de grève, d'emprisonnement, de réquisition, de mobilisation; intimer un ordre, l'ordre à qqn de faire qqc.; dire, crier un ordre; transmettre un ordre, les ordres; exécuter, recevoir, suivre un ordre; exécuter un ordre à la lettre, au pied de la lettre; obéir aux ordres; enfreindre, transgresser un ordre; contrevenir, désobéir aux ordres; se conformer, se soumettre, se plier aux ordres; vos désirs sont des ordres.
1. Locutions
a) Verbe (+ prép.) + ordre
Agir sur ordre. Agir en exécutant un ordre reçu d'un supérieur et non de sa propre initiative. (Dict. XIXe et XXe s.).
Avoir, recevoir ordre de + inf. Avoir reçu la mission, la consigne de. La garde du palais est confiée au colonel Koller, qui a ordre de repousser la moindre attaque par la force (SCRIBE, Bertrand, 1833, IV, 5, p.199). Je reçus ordre de me porter sur eux [les ennemis] et de les déloger (VOGÜÉ, Morts, 1899, p.256).
Avoir qqn/qqc. à ses ordres. Avoir quelqu'un/quelque chose sous son autorité, à sa disposition. Il m'apprit (...) que le lendemain matin j'aurois à mes ordres une voiture, un cocher et deux domestiques (FIÉVÉE, Dot Suzette, 1798, p.125). Les gens d'affaires, voyant toujours Grandet prêt à tout, pouvaient imaginer qu'il avait à ses ordres une fée ou un démon (BALZAC, E. Grandet, 1834, p.73).
Avoir qqn sous ses ordres. Avoir quelqu'un comme subordonné. Un homme si important... qui a sous ses ordres quarante employés et deux patrons (FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1923, II, 2, p.12). Deux gars qu'on a sous ses ordres depuis au moins deux ans, ça se reconnaît à autre chose qu'à la figure... ça se reconnaît à la taille, à l'allure (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p.101).
Donner ordre de + inf., que + subj. Donner la mission, la consigne de. Je donne ordre qu'il soit fait un supplément de 20000 francs par mois à ta cassette, pendant ton voyage, à compter du 1er avril (NAPOLÉON Ier, Lettres Joséph., 1808, p.158). Lorsqu'il aperçut l'immonde vieille (...), le roi se souvint de sa promesse et donna ordre qu'on ouvrît une des chambres de granit à la juive, et qu'on l'y laissât prendre autant d'or qu'elle en pourrait porter (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p.316). L'ennemi se saisit de cet homme et lui donne ordre de recueillir toutes les armes, sous peine de mort (ALAIN, Propos, 1921, p.328).
Être aux ordres (de qqn). Être, se mettre à disposition, se soumettre aux ordres (de quelqu'un). L'armée active de Sardaigne (...) était commandée par le général autrichien Colli, qui lui-même était aux ordres du général Beaulieu (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t.1, 1823, p.346). Mes comparses, les rois de France, étaient à mes ordres et n'attendaient qu'un signe pour me donner les leurs (SARTRE, Mots, 1964, p.108).
Être sous les ordres de qqn. [Dans une hiérarchie] Être le subordonné de quelqu'un. À partir du moment où tu es sous mes ordres, mets-toi bien dans la tête que tu n'as plus rien à toi (SARTRE, Mains sales, 1948, 3e tabl., 4, p.113).
b) Prép. + ordre
À vos ordres! [Formule utilisée pour signifier que le locuteur est aux ordres, disposé à exécuter les ordres d'un supérieur] J'espère que vous allez continuer à nous en servir de bonnes, sur Paris. Ici, on n'est plus au courant, vous savez. —À vos ordres, mon commandant, dit Morhange (BENOIT, Atlant., 1919, p.59).
P. ext. ou p. plaisant. Wil, je vous retiens pour ma partie de trictrac... Wil: C'est donc une revanche que vous voulez... vous l'aurez... à vos ordres (SUE, Atar-Gull, 1831, p.25). Allons, mauvais sujet, reprit-elle, invitez vite une de ces demoiselles et faites-nous vis-à-vis. —À vos ordres, duchesse!... Il s'inclina plaisamment, pirouetta sur ses talons et revint bientôt avec une danseuse (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p.11).
Avec ordre de + inf. En ayant l'ordre de. [Nana] dînait avec Lucy Stewart, Caroline Héquet, Maria Blond, en compagnie de messieurs écorchant le français, payant pour être amusés, les prenant à la soirée avec ordre d'être drôles, si blasés et si vides, qu'ils ne les touchaient même pas (ZOLA, Nana, 1880, p.1451).
Jusqu'à nouvel ordre. Jusqu'à ce qu'un nouvel ordre, une nouvelle disposition vienne préciser ou modifier la situation. Jusqu'à nouvel ordre, entendez bien ceci: quand je verrai cette croix, vous serez le fils cadet de mon ami le duc de Chaulnes (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p.227).
P. ext. En l'état actuel des choses. Un fait social, (...) telle est et restera, du moins jusqu'à nouvel ordre, la cause de cette répartition [de l'habitat et des cultures] singulièrement exclusive, qui ne répond à rien d'impératif dans les conditions physiques (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.192).
Par ordre
Suivant l'ordre, en respectant un ordre. La dernière exécution qui fut faite aux Halles en 1477, fut celle du malheureux duc de Nemours, dont les enfans, placés sous l'échafaud par ordre du cruel Louis XI, furent couverts du sang de leur père (JOUY, Hermite, t.4, 1813, p.288). C'était cette heure où dans les cafés, par ordre supérieur, on retardait alors le plus possible le moment de donner la lumière (CAMUS, Peste, 1947, p.1306).
[Le plus souvent en abr. P.O.] Mention précédant la signature d'un subordonné agissant au nom d'un supérieur. La délégation de signature par ordre (p.o.) a, en général, un sens plus restrictif que par autorisation (SPR. 1967).
Sur l'ordre de qqn. En obéissant à l'ordre de quelqu'un, en se conformant à la volonté de quelqu'un. Elle avait fui Smolensk en poste, sur l'ordre exprès de son mari, au moment où il y arrivait, derrière la garde (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.80).
2. Au fig. ou p. métaph. Les ordres de la providence. [Les généraux, les maréchaux] chacun selon sa nature, sa race, son arme ou son emploi, vivent dans l'avenir et se tiennent aux ordres du destin (VALÉRY, Variété IV, 1938, p.67).
3. P. méton. Document écrit spécifiant une mission, une consigne. J'ouvris la pendule, et j'en tirai vivement l'ordre cacheté (VIGNY, Serv. et grand. milit., 1835, p.48). Je suis bien jeune, monsieur, pour que l'on veuille m'écouter; il faudrait un ordre écrit de votre main (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p.64). Dans deux jours (...) nous partons. Nous quittons le bordj. Nous nous enfonçons là-bas, vers le sud. L'ordre ministériel est arrivé hier matin (BENOIT, Atlant., 1919, p.10).
ADMIN. Ordre de virement, de paiement; ordre de reversement.
B. —Dans le domaine comm. et financier
1. Décision déterminant une opération commerciale. Ordre d'expédier, de livrer; ordre d'expédition, de livraison. Pereire sortait de son salon, il laisse tomber comme par mégarde, en tirant un mouchoir de sa poche, un ordre d'achat (GONCOURT, Journal, 1865, p.134). Son notaire de Montreuil a déjà l'ordre de vente de la ferme des Charmettes, moulin et tout (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p.73). Si (...) nous donnons en bourse des ordres d'achat, les coupons touchés ne nous consoleront pas de l'effritement ininterrompu des valeurs (MAURIAC, Noeud vip., 1932, p.305).
Absol. Commande. Passer ses ordres; feuilles d'ordres. Des Grassins vint prendre les ordres de son client au moment où la famille était à table (...). —Mangez tranquillement, Grandet, dit le banquier. Nous causerons. Savez-vous ce que vaut l'or à Angers, où l'on en est venu chercher pour Nantes? Je vais en envoyer (BALZAC, E. Grandet, 1834, p.165).
En partic.
Ordre de bourse. Mandat d'acheter ou de vendre une valeur en bourse donné à un intermédiaire accrédité. Avez-vous donné l'ordre de bourse pour mes Suez? —Non, l'attention de la Bourse est retenue en ce moment par les valeurs de pétrole. Mais il n'y a pas lieu de se presser étant donné les excellentes dispositions du marché (PROUST, Fugit., 1922, p.631).
Ordre lié. V. lié II A 2 b.
Ordre (à cours) limité. Ordre de bourse qui ne doit être exécuté qu'à partir d'un cours déterminé par le client. Les ordres à cours limité sont valables pour le mois courant et jusqu'à la fin du mois suivant, s'ils sont donnés après le 25 du mois courant (BOUD.-FRABOT 1970).
Ordre au comptant. Ordre au mieux. Ordre à prime. Ordre à terme.
2. Endossement (d'un billet, d'un chèque, d'une lettre de change). Mettre un ordre, à l'ordre de qqn, son ordre au dos d'un billet; hypothèque à ordre; titre à ordre. Billet du 30 avril dernier, souscrit par Séchard fils, ordre Lucien de Rubempré 2 mai. Compte de retour: 1037 fr 45 c (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p.596). Lheureux (...) dicta un (...) billet, par lequel Bovary déclarait devoir payer à son ordre, le 1er septembre prochain, la somme de mille soixante et dix francs (FLAUB., Mme Bovary, t.2, 1857, p.53). Voici, sous ce pli, une traite de 1600 fr à vue à l'ordre de ta mère sur Mallet frères (HUGO, Corresp., 1865, p.489).
Billet à ordre.
Payable, payer à l'ordre de. [Mention inscrite sur les effets de commerce et les chèques afin de permettre leur cessibilité par endossement] (Dict. XXe s.).
C. —Dans le domaine milit.
1. Prescription impérative, écrite ou verbale, d'exécuter une mission. Ordre d'attaque, d'attaquer, de bombardement, de bombarder, de faire feu, d'ouvrir le feu. Lanrezac en vint à me dire qu'il n'avait pas reçu d'ordre écrit lui prescrivant d'attaquer (JOFFRE, Mém., t.1, 1931, p.332).
Ordre préparatoire. Ordre prescrivant à une troupe de s'organiser et de prendre les mesures nécessaires en vue de l'exécution d'une mission. J'obtins l'autorisation du ministre d'envoyer un ordre préparatoire à tous les corps d'armée, qui partit le 1er août à une heure du matin (JOFFRE, Mém., t.1, 1931, p.224).
Ordre d'exécution. Ordre commandant l'exécution d'une mission annoncée par un ordre préparatoire. L'état-major de l'armée fit aussitôt partir les ordres d'exécution relatifs aux trois premières mesures (JOFFRE, Mém., t.1, 1931 p.209). Je vous donnerai, alors, l'ordre général d'exécution de l'opération que vous déclencherez quand vous voudrez, en tenant compte des suggestions du commandement britannique (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p.646).
Ordre de route. Ordre de mobilisation. «Vraisemblablement, l'ordre de mobilisation sera lancé aujourd'hui 1er août dans l'après-midi. Faites procéder immédiatement à toutes opérations intérieures de nature à faciliter mobilisation» (JOFFRE, , Mém., t.1, 1931, p.224).
Ordre de poursuite.
2. a) Vx. Réunion au cours de laquelle un chef militaire donnait ses ordres. Aller à l'ordre. N'y avait-il rien de nouveau à l'ordre? (Ac.).
b) Ordre du jour. Ensemble des instructions, des ordres d'un chef militaire pour la journée; p. méton, diffusion de ces instructions. Le sergent-major donne lecture de l'ordre du jour adressé le 10 mars par le général en chef aux soldats de Verdun (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916, p.96). Outre la vaste diffusion donnée à l'ordre du jour du 25 août 1941, on prit donc soin, dans certains stalags, de faire signer aux prisonniers une note par laquelle ils reconnaissaient en avoir reçu communication (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.199).
Ordre général de l'armée, du corps d'armée, de la division, de la brigade, du régiment. Ordre du jour des commandants de ces unités. (Dict. XXe s.).
Citation à l'ordre du jour ou, p. ell., citation à l'ordre d'une unité. Mise à l'ordre du jour d'un militaire ou d'une unité pour sa conduite exemplaire. Citation à l'ordre du jour de l'armée; citation à l'ordre du régiment. Capitaine lorsque la guerre éclate, il est nommé chef de bataillon le 24 août 1914. Comment il a commandé son bataillon, une citation à l'ordre de l'armée le montre (BORDEAUX, Fort de Vaux, 1916 p.164). Je vous demande de m'adresser, d'urgence, la première liste de propositions pour la Croix de la Libération, Médaille Militaire et citations à l'ordre des Forces Françaises Libres (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954 p.680).
Citer qqn à l'ordre du jour, à l'ordre d'une unité; citer à l'ordre de la Nation. Il contait à Aurelle la mort de son fils, un splendide garçon, trois fois cité à l'ordre de l'armée. Il en parlait avec un orgueil et une résignation vraiment admirables (MAUROIS, Sil. Bramble, 1918, p.115).
3. Mot d'ordre. Ensemble de deux expressions secrètes constituant un signal de reconnaissance. Nous regardions une sentinelle que la patrouille quittait, après l'échange du mot d'ordre (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.92).
P. ext. Consigne, résolution commune aux membres d'un parti, d'une association, d'un groupe quelconque. C'est une sorte de mot d'ordre convenu entre les amis les plus influents de la liberté et des intérêts du peuple, que l'égalité est une chimère! (PROUDHON, Propriété, 1840, p.155). «Pas de quartier!» C'était le mot d'ordre des deux côtés (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t.2, 1870, p.266). Les mesures les plus strictes s'étendaient à toutes les couches de la population. Produire et se priver, tels étaient les mots d'ordre (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p.340). Pour tous, union et discipline. Voilà le mot d'ordre plus nécessaire que jamais (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954 p.536).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Classe ou rang dans un ensemble organisé 1. a) ca 1100 «les différents degrés auxquels élève le sacrement qui confère le pouvoir d'exercer les fonctions ecclésiastiques, en particulier la prêtrise» (Roland, éd. J. Bédier, 3639); 1280 antrer en ordre (Charta... in Chartul. S. Petri de Monte ds DU CANGE, s.v. ordo 6); 1763 entrer dans les ordres (BACHAUMONT, Mém., p.255); b) ca 1135 «groupe de personnes vivant en communauté sous l'observance d'une règle, après avoir prononcé des voeux solennels» (Couronnement Louis, éd. Y. G. Lepage, rédaction AB, 516); 2. 1155 «nom donné aux classes dans lesquelles sont répartis les citoyens d'une société hiérarchisée» (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 6024: l'ordre de sun parage); en partic. ca 1355 «chacune des 3 classes qui composaient la société française avant la Révolution de 1789» la concorde des ordres (BERSUIRE, f° 97 ds LITTRÉ); cf. 1585 (N. DU FAIL, Contes d'Eutrapel ds OEuvres facétieuses, éd. J. Assézat, t.1, p.269: les trois ordres d'Eglise, Noblesse et le tiers estat du peuple); 3. 1174 «compagnies de caractère religieux et militaire, créées surtout à l'époque des croisades, pour soigner les pèlerins ou combattre les Infidèles» (ETIENNE DE FOUGÈRES, Marières, éd. R. A. Lodge, 147: Haute ordre fut Chevalerie); 4. ca 1223 «catégorie de faits ou d'idées que l'esprit distingue par des caractères propres» ordre de mariage (GAUTIER DE COINCI, Miracles Vierge, éd. F. Koenig, I Mir. 22, 10); en partic. 1657-62 «catégorie de valeurs qui ne sauraient être comparées à celles d'une autre catégorie» (PASCAL, Pensées, éd. L. Lafuma, 308, p.540); 1674 l'ordre de la nature (MALEBRANCHE, Rech. vér., V, 1 ds LITTRÉ); 5. ca 1223 «catégorie d'êtres ou de choses considérés du point de vue de la valeur qu'on leur attribue» (GAUTIER DE COINCI, op. cit., II Mir. 26, 568); 1654 une âme de premier ordre (GUEZ DE BALZAC ds G. GUILLAUME, J. L. Guez de Balzac et la Prose fr., Paris, 1927, p.381); 1851 du même ordre de petitesse (COURNOT, Fond. connaiss., p.179); 6. début XIIIe s. «chacune des neuf classes hiérarchiques dans lesquelles sont répartis les anges» les nuef ordenes des angeles (MAURICE DE SULLY, Homélies, éd. C. A. Robson, 23, ligne 27); 7. 1360 «compagnie d'honneur instituée par un souverain ou par un État, dans lequel on était admis du fait de sa naissance, des services rendus, etc.» d'où fin XIVe s. «insigne, décoration remise aux membres de cette compagnie» (FROISSART, Chron., éd. L. Mirot, XII, 250: [des] seigneurs qui portent une orde des chevaliers d'outremer); cf. ca 1500 (COMMYNES, Mém., éd. J. Calmette, I, p.195: [il] portoit l'ordre de la Jarrectière); 8. 1556 archit. chapiteaux d'ordre composite (PH. DE LORME, Pièces justificatives, XII ds M. ROY, Artistes et monuments de la Renaissance en France, I, 272); 9. av. 1594 «organisme créé en vue d'assurer la réglementation et la défense d'une profession libérale» ordre [des avocats] (PASQUIER, Lettres [éd. 1619], t.1, livre 7, p.420, à Monsieur de Basmaison [mort en 1594)); 10. 1779 «division de la classification des êtres vivants» (BUFFON, Hist. nat. des oiseaux, Paris, Imprimerie royale, p.215); 11. 1936 dr. «chacune des quatre classes d'héritiers légitimes» (CAP.). B. Relation intelligible 1. a) 1119 «rapport de succession qui obéit à une loi» l'ordre des questïuns (PHILIPPE DE THAON, Comput, 2518 ds T.-L.); XVe s. ordre iherarchique (v. hiérarchique); 1734 ordre chronologique (DUBOS, Hist. crit. monarchie fr., p.507); b) 1771 pol. ordre du jour «liste des questions qu'une assemblée délibérante doit examiner au cours d'une séance, classées dans l'ordre où elles doivent être discutées» (d'apr. MACK., p.118); cf. 1789 (Régl. du 29 Juill., ch. I, 6 ds BRUNOT t.9, p.772, note 1); 1818 fig. être à l'ordre du jour «être la préoccupation du moment» (MAINE DE BIRAN, Journal, p.175); 1822 remettre qqc. à l'ordre du jour «remettre à la mode» (Obs. modes, 30 nov., VII, 528); 2.ca 1145 «détermination de la place des choses, manière de les arranger d'une façon satisfaisante pour l'esprit» .XV. degrez en ordre (WACE, Conception ND, éd. W. Ray-Ashford, 574); a) ca 1500 donner ordre à qqc. «prendre des dispositions en vue de» (COMMYNES, op. cit., p.125); 1538 mettre ordre à qqc. «pourvoir à quelque chose; l'organiser» (EST.); 1609 mettre bon ordre à qqc. «remédier à une situation défectueuse» (RÉGNIER, Satire, XI, 27 ds OEuvres compl., éd. G. Raibaud); b) 1540 mettre ordre à ses affaires (Amadis, 36 ds IGLF); 1727 choses mises en ordre (MARIVAUX, Indig. philos., p.294); 3. 1155 «relation intelligible qui peut être saisie entre plusieurs termes» (WACE, Brut, éd. I. Arnold, 11265: cunta Tot en ordre le visïun); 4. fin XIIe s. «succession, disposition dans l'espace conforme à une règle» par ordre assises (BÉROUL, Tristan, éd. A. Ewert, 4136); en partic. 1540 milit. marchons en bon ordre (Amadis, 91); 1690 ordre de bataille (FUR.); 5. 1174-76 «ensemble de lois qui régissent la nature» (GUERNES DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. E. Walberg, 4824); 1580 l'universel ordre des choses (MONTAIGNE, Essais, éd. Villey-Saulnier, I, XIV, p.55); 1580 l'ordre naturel (B. PALISSY, Disc. admin., p.286 ds IGLF); 1768 c'est dans l'ordre (BARTHE, Fausses infidélités, scène II, p.14); 6. 1314 «organisation, enchaînement des idées ou des faits qui obéit à des exigences logiques ou rationnelles» l'ordre de l'art (H. DE MONDEVILLE, f° 90 verso ds LITTRÉ); en partic. a) 1672 «méthode» (MOLIÈRE, Femmes sav., III, 2); b) 1746 ordre des mots (CONDILLAC, Essai or. con., p.98: il change l'ordre des mots d'une période); c) 1956 math. relation d'ordre (UV.-CHAPMAN); 7. a) ca 1500 «qualité d'une personne qui aime le rangement» (COMMYNES, op. cit., II, 273); 1690 homme d'ordre (FUR.); 1770 esprit d'ordre (RAYNAL, Hist. philos. pol., p.233); d'où b) 1527 en ordre «se dit d'une personne convenablement vêtue» (Loyal serviteur, ch. 54, ds HUG.); 8. a) ca 1500 «système des lois et des institutions qui régit une société» (COMMYNES, op. cit., I, 10: le mauvais ordre et justice qu'il faisoit en son royaulme); en partic. 1725 l'ordre public (MONTESQUIEU, Discours, Discours rentrée parlem. de Bordeaux, p.46); 1761 ordre social (ROUSSEAU, Nouv. Héloïse, t.3, p.243); b) ca 1660 «stabilité sociale résultant du respect des lois» maintenir l'ordre (ESP[RIT] ds Trév. 1704); cf. 1776 le maintien de l'ordre (CONDILLAC, Comm. gouverner, p.64); 9. 1507 dr. ordre de droit «procédure amiable ou judiciaire qui permet de répartir le prix d'un immeuble entre les créanciers hypothécaires, suivant l'ordre d'ancienneté de leurs inscriptions» (Coutumes du Bailliage de Touraine, chap.XX, I ds Nouv. Coutumier gén., éd. Bourdot de Richebourg, IV, 612); 1936 répartition par voie d'ordre «id.» (CAP., s.v. distribution par contribution); 10 1665 «respect du règlement, situation conforme à une règle» aller dans l'ordre (MOLIÈRE, Am. méd., II, 3); 1751 rentrer dans l'ordre (Abbé PRÉVOST, Clar. Harlowe, p.253); 1754 rappeler qqn à l'ordre (BONNET, Essai psychol., p.110). C. Commandement 1. ca 1225 «acte par lequel une personne, une autorité commande à quelqu'un de faire quelque chose» (RECLUS DE MOLLIENS, Miserere, éd. A. G. Van Hamel, LXXVII, 4); a) av. 1546 donner ordre que (L. LABÉ, I, 43 ds IGLF); 1679 avoir ordre de (BOSSUET, Hist., III, 6 ds LITTRÉ); 1686 recevoir l'ordre de (ID., Le Tellier, ibid.); b) 1720 [faire qqc., agir] sur les ordres de qqn (HAMILTON, Fleur d'Epine, p.252); c) 1734 avoir sous ses ordres (DUBOS, Hist. crit. monarchie fr., p.26); 1734 être sous les ordres de qqn (ID., ibid., p.49); d) 1737 avoir qqc. à ses ordres (LE SAGE, Gil Blas, p.1121: il y aura toujours un carosse à vos ordres); 1751 avoir qqn à ses ordres (DUCLOS, Mém. Hist. moeurs, p.124); 2. a) 1675 «acte qui détermine une opération commerciale» (J. SAVARY, Le Parfait négociant, Paris, t.1, p.138); 1903 ordre de Bourse (Nouv. Lar. ill.); 1936 ordre au mieux (CAP. [1930 cours au mieux (Lar. comm.)]); b) 1675 «endossement d'un billet» (J. SAVARY, op. cit., p.145); 1771 billets à ordre (HELVÉTIUS, De l'homme, p.52); 1903 mention à l'ordre de (Nouv. Lar. ill.); 3. 1684 «réunion au cours de laquelle les militaires viennent prendre leurs instructions» (DANGEAU, I, 12, 12 mai ds LITTRÉ); 1755 ordre du jour «ensemble des instructions d'un chef militaire pour la journée ou publication qui est faite par son ordre» (ARGENSON, Journ. mém., p.303: le général se contenta de porter à l'ordre du jour que les ivrognes ne monteraient pas à la tranchée); 4. 1686 «mot d'ordre» (DANGEAU, I, 378 ds LITTRÉ); 1793 mot d'ordre (LA MARTELIÈRE, Robert, II, 5, p.21); 5. 1690 «document comportant la mission à exécuter» il a son ordre par écrit (FUR.); en partic. 1690 milit. (ibid.:Il est venu ordre sur ordre de faire marcher l'armée); 1903 ordre de route (Nouv. Lar. ill.). Empr. au lat. class. ordo «rang, rangée; classe de citoyens, succession; distribution régulière» (d'où les sens nouv. en fr.) d'apr. les formes des cas obliques; le sens de «prescription» s'est développé parallèlement à celui de «prescrire» qu'a pris ordonner; pour ordre du jour dans le domaine pol. (B 1 b), l'hyp. d'une formation à partir de l'angl. order of the day (BL.-W.1-5, FEW t.7, p.408a, note 4, BARBIER ds Mod. Lang. R. t.16 1921, p.146) se heurte au fait que l'expr. angl. n'est att. qu'en 1792 dans un texte relatif au vocab. de la Révolution fr., où elle est la trad. du fr. ordre du jour, trad. favorisée par le fait que ordre y est employé au sens de l'angl. order (lui-même empr. au fr. au XIIIe s.). qui, dès le XVe s. avait le sens de «procédure réglementaire, usage établi» puis au XVIIIe s. celui de «marche à suivre dans la conduite des débats dans une assemblée», sens qui subsiste encore dans l'expr. order of the day (v. REY-GAGNON Anglic.); le genre du mot a été fluctuant jusqu'au XVIIe s.: l'initiale vocalique a fait qu'il a été souvent fém. Fréq. abs. littér.:25481. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a)43280, b) 30182; XXe s.: a) 28703, b) 38003. Bbg. BRUNET (L.). Du Style au service de l'ordre. Déf. Lang. fr. 1979, n° 100, pp.21-24. — Colloquio Internaz. del L. I. E. 2. 1977. Ordo. Roma, 1979, pp.279-345, 371-407, 425-470. — DUB. Pol. 1962, pp.357-360. — MARCELLESI (Chr.). Retour aux sources: qq. aspects du vocab. de l'informat. In:[Mél. Guilbert (L.)]. Paris, 1979, pp.177-180. —QUEM. DDL t.1, 11, 16. —ROBINET (A.). Lexicogr. philos. d'ordre de la nature. R. internat. de philos. 1978, n°124/125, pp.238-259. —SAUVÉ (M.). L'Ordre du jour ou les ordres du jour? Meta. 1977, t.22, pp.274-277.

ordre [ɔʀdʀ] n. m.
ÉTYM. 1080, sens II.; du lat. ordinem, accus. de ordo, ordinis, souvent fém. jusqu'au XVIIe.
———
I (V. 1155). Relation intelligible qui peut être saisie entre une pluralité de termes. Organisation, structure; économie (I., 2.); harmonie (II., 1.). → Beauté, cit. 5; confondre, cit. 4; honneur, cit. 62. || Selon Cournot, « l'idée de la forme se confond avec l'idée de l'ordre ».
1 Le rapport de la raison et de l'ordre est extrême. L'ordre ne peut être remis dans les choses que par la raison, ni être entendu que par elle. Il est ami de la raison et son propre objet.
Bossuet, Traité de la connaissance de Dieu…, I, VIII.
2 L'ordre nous plaît (…) c'est qu'il rapproche les choses, qu'il les lie, et que, par ce moyen (…) il nous met en état de remarquer sans peine les rapports qu'il nous est important d'apercevoir dans les objets qui nous touchent (…)
Condillac, Origine des connaissances humaines, II, II.
3 D'une manière générale, la réalité est ordonnée dans l'exacte mesure où elle satisfait notre pensée. L'ordre est donc un certain accord entre le sujet et l'objet. C'est l'esprit se retrouvant dans les choses.
H. Bergson, l'Évolution créatrice, p. 224.
4 ORDRE. L'une des idées fondamentales de l'intelligence. On n'en peut donner la définition qui la rende plus claire. Elle comprend, dans son sens le plus général, les déterminations temporelles, spatiales, numériques; les séries, les correspondances, les lois, les causes, les fins, les genres et les espèces; l'organisation sociale, les normes morales, juridiques, esthétiques, etc.
A. Lalande, Voc. de la philosophie, art. Ordre.
(Selon l'origine, la nature des relations d'ordre). || L'ordre du cœur et l'ordre de l'esprit (cit. 86, Pascal). || L'ordre physique, automatique (incluant l'idée de « désordre ») et l'ordre vital, voulu (Bergson, l'Évolution créatrice, p. 224 et suivantes).
5 (…) les hommes sont dans une impuissance naturelle et immuable de traiter quelque science que ce soit dans un ordre absolument accompli. Mais il ne s'ensuit pas de là qu'on doive abandonner toute sorte d'ordre. Car il y en a un, et c'est celui de la géométrie, qui est à la vérité inférieur en ce qu'il est moins convaincant, mais non pas en ce qu'il est moins certain (…) Cet ordre le plus parfait entre les hommes, consiste non pas à tout définir ou à tout démontrer, ni aussi à ne rien définir ou à ne rien démontrer, mais à se tenir dans ce milieu de ne point définir les choses claires et entendues de tous les hommes et de définir toutes les autres (…)
Pascal, Esprit géométrique, I.
1 Didact., cour. Disposition, succession régulière, constatée ou élaborée, imposée (de caractère spatial, temporel, logique, épistémologique, esthétique, moral…). || Ordre de termes qui se succèdent ( Enchaînement, filiation (B., 2.), gradation, succession, suite), alternent, se reproduisent à intervalles réguliers ( Alternance, cycle). || Tenir telle place, tel rang; venir avant, après, dans un certain ordre ( Devancer, précédent, précéder; suivant, suivre; dernier, premier). || Action de disposer, de ranger dans un certain ordre. Agencement, aménagement, arrangement (cit. 3 et 4), classement, combinaison, coordination, disposition, distribution, ordonnance, organisation, rangement, règlement. || Déterminer un ordre; mettre dans un certain ordre. Agencer, aménager, arranger (cit. 1), caser, classer, coordonner, disposer, ordonner, organiser, ranger, régler; débrouiller, démêler (→ Classification, cit. 1). || Changer, altérer, renverser l'ordre des termes. Interversion, intervertir; inversion, invertir; transposer.Ordre chronologique (cit.), temporel. || Ordre de départ. || Classer des coureurs par ordre d'arrivée. || L'ordre de succession des espèces (→ Évolution, cit. 15). || Dans quel ordre se sont produits ces événements ?Ordre logique. Méthode (2.). → Effet, cit. 35. || Ordre des pensées (→ Dessein, cit. 18). || Aligner (cit. 3) des arguments en bon ordre. || Procédons par ordre. || Ordre des matières, des sujets dans un exposé, un ouvrage. Composition, plan.(XVe). || Ordre hiérarchique. Hiérarchie (cit. 10), subordination, subordonner. || Ordre d'importance, de valeur.Mots, documents, livres rangés par ordre alphabétique (cit. 1). → Dictionnaire, cit. 9. || Classer des dossiers dans l'ordre numérique. Coter. || Classer (cit. 7) des objets par ordre de prix. || Inscrire dans un catalogue, un répertoire, selon un certain ordre. Cataloguer. || Dans l'ordre d'inscription. Rôle (à tour de). || Vêtements pendus dans un ordre bien défini (→ 1. Loi, cit. 46).Absolt. || Dans l'ordre : selon un ordre donné.
6 (…) conduire par ordre mes pensées, en commençant par les objets les plus simples et les plus aisés à connaître, pour monter peu à peu comme par degré jusques à la connaissance des plus composés, et supposant même de l'ordre entre ceux qui ne se précèdent point naturellement les uns les autres.
Descartes, Discours de la méthode, II.
7 Le style n'est que l'ordre et le mouvement qu'on met dans ses pensées.
Buffon, Disc. de réception à l'Académie, 25 août 1753.
8 Elle changeait l'ordre établi pour chercher des arrangements plus harmonieux, qui plaisaient davantage à son œil de ménagère; et quand elle eut disposé les choses à son gré, aligné les serviettes, les caleçons et les chemises sur leurs tablettes spéciales, divisé tout le linge en trois classes principales, linge de corps, linge de maison et linge de table, elle se recula pour contempler son œuvre (…)
Maupassant, Pierre et Jean, VIII.
Sc. || La notion d'ordre est essentielle en mathématiques (cit. 6). || Ordre sériel. || Les nombres et l'ordre. Ordinal. || La géométrie de situation (topologie), la théorie des groupes sont basées sur la notion d'ordre.Relation d'ordre : toute relation à la fois réflexive, antisymétrique et transitive. || Couples d'éléments satisfaisant à une relation d'ordre (ensemble ordonné).Ordre sur un ensemble, relation d'ordre. || Ordre partiel, total. || Ordre lexicographique.
9 L'ordre (sériel) est l'existence entre plusieurs termes d'une relation transitive asymétrique.
L. Couturat, Princ. des math., III, cité par Lalande.
Ling. || L'ordre des mots dans le langage. Phrase, proposition, syntaxe; et aussi inversion, rejet. || Ordre ascendant (le mot qui régit étant placé après celui qui est régi), ordre descendant (le mot qui régit étant placé d'abord). || Ordre logique de la phrase. || Ordre direct.
10 Ce qui distingue notre langue des langues anciennes et modernes, c'est l'ordre et la construction de la phrase. Cet ordre doit toujours être direct et nécessairement clair. Le Français nomme d'abord le sujet du discours, ensuite le verbe qui est l'action, et enfin l'objet de cette action (…)
Rivarol, Disc. sur l'universalité de la langue franç.
Arts. || Ordre des éléments d'une œuvre d'art. Composition, 2. ensemble (I., 1.), ordonnance, symétrie. || L'ordre et les proportions (→ Assemblage, cit. 10).
(1546). Milit. (Dans des syntagmes et expressions). Disposition (d'une troupe) sur le terrain. || Ordre de marche. || Ordre de bataille. || Ordre en ligne ( Alignement), en colonne par deux. || Ordre mince, d'une troupe étalée sur un grand front, sans profondeur. || Ordre profond. || Ordre oblique, d'une troupe qui attaque par l'une de ses ailes (→ Bataille, cit. 10). || Ordre dispersé. — ☑ Loc. Ordre serré : expression désignant les divers types de formation des unités militaires pour la progression ou le défilé, strictement définie par les règlements militaires hors des considérations tactiques du combat.(Dans : en ordre).Armée en ordre de bataille (→ Développer, cit. 14), en bataille.En bon ordre. || S'avancer en bon ordre. || Rassemblement, alignement, mouvements exécutés en ordre serré.Mar., aviat. || Navires en ordre de convoi, de file. || Escadrille en ordre triangulaire.
11 (…) il range les soldats d'Aceste; il marche à leur tête, et s'avance en bon ordre vers les ennemis.
Fénelon, Télémaque, I.
12 Au-dessus de leurs têtes tournoyait en ordre triangulaire l'escadrille des Cigognes qui venait protéger la ville élue.
A. Maurois, les Discours du Dr O'Grady, VIII.
Dr. || Ordre de succession (→ ci dessous II., B., 2. : ordres d'héritiers).Ordre assigné par la loi aux créanciers.
Dr. Procédure réglant la répartition par un juge du prix d'un immeuble vendu judiciairement entre les créanciers privilégiés et les autres créanciers. Collocation, 1. colloquer, concours (I., 3.). || Ordre amiable, consensuel, conventionnel, judiciaire.
(1771; d'après l'anglais). Loc. cour. Ordre du jour : matières, sujets dont une assemblée délibérante doit s'occuper tour à tour, dans un certain ordre. || Voter l'ordre du jour (→ Faveur, cit. 29). || L'ordre du jour prévoit, appelle telle délibération.(1798). || Passer à l'ordre du jour, demander l'ordre du jour, pour écarter une question soulevée en séance.Par ext. Résolution adoptée pour clore une interpellation. || Ordre du jour motivé (de confiance, de défiance).
13 Il y avait des réunions où l'ordre du jour était si pauvre qu'on faisait les comptes. Le trésorier disait : — Un tel n'a pas encore payé ses cotisations depuis trois mois (…)
P. Nizan, le Cheval de Troie, I, IV.
14 La fixation de l'ordre du jour est le premier problème posé par la tenue des séances. Il s'agit de déterminer l'ordre dans lequel seront examinées les questions soumises à l'assemblée. Si l'ordre du jour est fixé par l'exécutif, cela lui permet d'ajourner indéfiniment les questions susceptibles de le gêner (…) Généralement, l'ordre du jour est déterminé par l'assemblée, après entente préalable entre les représentants des groupes.
Maurice Duverger, Manuel de droit constitutionnel…, p. 115.
Loc. adj. À l'ordre du jour : qui est d'actualité, dont on s'occupe particulièrement au moment où l'on parle (ou dont on parle).
15 Mme de Sévigné (…) est un de ces sujets qui sont perpétuellement à l'ordre du jour en France.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 22 oct. 1849.
Allus. hist. || La Terreur est à l'ordre du jour (décret de la Convention du 5 sept. 1793, proposé par Barère).
2 (V. 1155). Organisation, disposition qui satisfait l'esprit, semble la meilleure possible; aspect régulier, organisé, symétrique. || Le bon ordre d'une maison. Tenue. || Maison, chambre bien tenue, où règne l'ordre. || Aimer l'ordre et la propreté. || Mettre de l'ordre.Absence d'ordre. || Maisons, choses éparpillées (cit. 11), dispersées, sans ordre (→ Aligner, cit. 1; 2. fourré, cit. 1).
16 Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Spleen et idéal », LIII.
17 Il fut surpris du bon ordre de la cuisine : les cuivres luisaient, pas un grain de poussière ne ternissait les meubles, on avait usé le carreau à force de lavages. Cela était net et froid, comme inhabité. Contre un feu couvert de cendre, une soupe aux choux de la veille se tenait chaude.
Zola, la Terre, IV, I.
En ordre : dans un bon ordre. || Maison où tout est en ordre. Ordonné, rangé.
18 Tout est en ordre. Les chaises autour de la table : c'est plus distingué.
Sartre, la P… respectueuse, I, 2.
Mettre en ordre, en bon ordre : organiser, ordonner, ranger. || Mettre sa chambre, des dossiers, ses idées en ordre. || Mettre sa comptabilité, ses comptes en ordre.
Par ext. Bon fonctionnement d'une affaire, résultant de l'ordre qui y règne, d'une bonne organisation. || Remettre une affaire en ordre; remettre de l'ordre dans une affaire.
Loc. (1538). Vx. Mettre, (fin XIe) donner, apporter (bon) ordre à : pourvoir à (qqch.) en prenant toutes les dispositions nécessaires. || Donner ordre à ses affaires (Mme de Sévigné, Bossuet in Littré), dans ses affaires (Mme de Sévigné). || Mettre, donner ordre que…, de… : faire en sorte que…
19 Je le dirai à Monsieur Purgon, afin qu'il mette ordre à cela.
Molière, le Malade imaginaire, I, 1.
REM. 1. De nos jours, donner ordre de…, que… ne s'entend plus qu'au sens III.
2. Mettre bon ordre s'emploie encore au sens d'« imposer l'ordre qu'on juge le meilleur, pour remédier à une situation fâcheuse, faire cesser le désordre » : Il y a du gaspillage, nous y mettrons bon ordre.
3 (Fin XVe). Qualité d'une personne qui a une bonne organisation, de la méthode. || Avoir de l'ordre, de l'ordre et du soin. || Travailler sans ordre ni méthode. || Il pousse l'ordre jusqu'à la minutie.Spécialt. Qualité d'une personne qui range les objets à leur place et sait les retrouver. Ordonné. || Cet enfant a beaucoup d'ordre, n'a aucun ordre, manque d'ordre.
20 (…) la mère, pleine d'ordre, tenait les livres, une comptabilité sévère des recettes et des dépenses, menait toute la maison (…)
Zola, Nana, IV.
(1690). || Un homme d'ordre, qui a de l'ordre.REM. Dans ce syntagme, ordre est souvent compris aujourd'hui au sens 5, ci-dessous. Homme d'ordre signifie alors : partisan de l'ordre établi, homme d'opinions conservatrices.
4 (V. 1190). Principe de causalité ou de finalité, souvent considéré comme le reflet d'une volonté organisatrice (Dieu [→ notamment la cit. 7], destin, nature [II., 1.]; → Intelligence, cit. 14) ou comme un caractère propre au monde, à la matière… Nature (II., 3.); 1. loi (III.). || L'ordre de la nature est constant et universel. Déterminisme (cit. 2; → Miracle, cit. 3). || L'ordre de la nature opposé à l'ordre de la grâce, chez Malebranche. — ☑ (1580). Loc. L'ordre des choses : l'ensemble des événements indépendants de l'homme (→ Assortiment, cit. 2; employer, cit. 1; fatum, cit. 1).L'ordre du ciel (→ Différent, cit. 14, Molière; gouverner, cit. 1), des cieux (→ Changer, cit. 57). || La morale (cit. 7) est permanente… parce qu'elle vient de l'ordre immuable.
21 (…) si Dieu m'engage dans un état demi-obscur, ce peu d'obscurité qui y est me déplaît, et, parce que je n'y vois pas le mérite d'une entière obscurité, il ne me plaît. C'est un défaut, et une marque que je me fais une idole de l'obscurité, séparée de l'ordre de Dieu. Or il ne faut adorer que son ordre.
Pascal, Pensées, VIII, 582.
22 Quelque incertitude et quelque variété qui paraisse dans le monde, on y remarque néanmoins un certain enchaînement secret et un ordre réglé de tout temps par la Providence, qui fait que chaque chose marche en son rang et suit le cours de sa destinée.
La Rochefoucauld, Maximes, 613.
23 (…) ce sont certainement les mouvements du ciel qui donnèrent aux hommes la première notion d'un ordre à chercher dans les choses (…)
Alain, Propos, 15 sept. 1909, Les autres modèles.
Cour.C'est dans l'ordre des choses, et, absolt, c'est dans l'ordre : c'est une chose normale, prévisible, inévitable (généralement en parlant de ce que l'on regrette ou déplore). Normal, régulier (→ Halte, cit. 11; 3. mal, cit. 8).
24 Je n'ai pas été mis au monde pour faire des reportages. Mais peut-être ai-je été mis au monde pour vivre avec une femme. Cela n'est-il pas dans l'ordre ?
Camus, la Peste, p. 100.
Vx. || C'est l'ordre (même sens).
5 (Fin XVe). Organisation sociale. Civilisation, société. || L'ordre social (→ Anneau, cit. 2; génération, cit. 25), économique (cit. 2) et politique. || La notion d'ordre « naturel » au XVIIIe siècle, chez Rousseau (→ Évidence, cit. 8; gouverner, cit. 28 et 35). || Troubler l'ordre de la société (→ Dérision, cit. 2). || L'ordre ancien et l'ordre nouveau (→ Établissement, cit. 3; hâter, cit. 6). || Un ordre apparent, destructif (cit. 2) de tout ordre.(1795). || L'ordre établi (cit. 44). → Bourgeois, cit. 11; conjuration, cit. 6; 2. étai, cit. 3. || Ébranler, renverser l'ordre établi.
25 (…) il n'y a pas d'ordre sans équilibre et sans accord. Pour l'ordre social, ce sera un équilibre entre le gouvernement et ses gouvernés. Et cet accord doit se faire au nom d'un principe supérieur. Ce principe, pour nous, est la justice. Il n'y a pas d'ordre sans justice et l'ordre idéal des peuples réside dans leur bonheur.
Camus, Actuelles I, p. 55.
(XVIIe). Spécialt. Stabilité sociale, respect de la société établie, de ses institutions, de la hiérarchie sociale. || Les apôtres (→ Incarner, cit. 10), les partisans de l'ordre. || Homme d'ordre. || Maintenir l'ordre (→ Désarmement, cit. 1; établir, cit. 12). || Maintien de l'ordre ( Armée, police). || Rétablir l'ordre (→ Attendre, cit. 83).
26 En politique, diait M. Necker, il faut toute la liberté qui est conciliable avec l'ordre.
Mme de Staël, De l'Allemagne, II, XIV.
27 Aux masses les moins intelligentes se révèlent encore les bienfaits de l'harmonie politique. L'harmonie est la poésie de l'ordre, et les peuples ont un vif besoin d'ordre. La concordance des choses entre elles, l'unité, pour tout dire en un mot, n'est-elle pas la plus simple expression de l'ordre ?
Balzac, la Duchesse de Langeais, Pl., t. V, p. 145.
28 De deux hommes égaux en génie, dont l'un prêche l'ordre et l'autre le désordre, le premier attirera le plus grand nombre d'auditeurs (…)
Chateaubriand, les Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 291.
29 L'amour pour principe, l'ordre pour base, et le progrès pour but; tel est (…) le caractère fondamental du régime définitif que le positivisme vient inaugurer.
A. Comte, Système de politique positive, t. I, p. 321.
30 Il y a une solidarité des hommes d'ordre. Je ne la déplore pas. Je déplore qu'elle se soit constituée sur une équivoque inhumaine, sur une conception hideuse de l'ordre — l'ordre dans la rue. Nous connaissons cette espèce d'ordre depuis l'enfance. C'est l'ordre des Pions.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, p. 209.
Loc. Service d'ordre. || Les forces de l'ordre, chargées de réprimer une insurrection, une rébellion… || Les gardiens (cit. 6) de l'ordre (→ Émeute, cit. 5).
Allus. hist. L'ordre règne à Varsovie : titre d'une célèbre lithographie de Grandville flétrissant les paroles du comte Sébastiani (« la tranquillité régnait à Varsovie »), après la sanglante répression russe de 1831.L'ordre moral : qualification donnée par les monarchistes au ministère de Broglie (16 mai 1873) qu'ils soutenaient.
(1764-1765). Dr. || Ordre public : ensemble des institutions et des règles d'intérêt général « destinées à maintenir dans un pays le bon fonctionnement des services publics, la sécurité et la moralité des rapports entre particuliers… » (Capitant). → Inquiéter, cit. 4. || Cause (cit. 43) contraire à l'ordre public. || Troubler l'ordre public, la sécurité publique. || Contrevenir à des dispositions d'ordre public (qui s'imposent à la société).
6 (1664). Règle, norme; conformité à une règle, à une norme (dans quelques expressions). Discipline.Tout est rentré dans l'ordre. Calme, tranquillité. || Tout est en ordre. — ☑ Machine en ordre de marche, en état de fonctionner. — ☑ (1835). Rappeler qqn à l'ordre, à ce qu'il convient de faire, de dire, dans une circonstance donnée. Devoir.(1790). Spécialt. || À l'ordre !, injonction par laquelle le président d'une assemblée est invité à rappeler un orateur à l'ordre.
31 Sortez. Que le Sérail soit désormais fermé,
Et que tout rentre ici dans l'ordre accoutumé.
Racine, Bajazet, II, 2.
32 S'ils s'avisent de faire un écart, ils sont sévèrement rappelés à l'ordre.
G. Duhamel, Manuel du protestataire, I.
———
II (1080, « ordre religieux »). Catégorie, classe d'êtres ou de choses, considérée d'après sa structure, son organisation ou d'après sa place dans une série, une classification. Catégorie, classe, groupe.
A
1 a Littér. Domaine particulier (→ Contrariété, cit. 2). || L'ordre de la connaissance et l'ordre de la morale (→ Homogène, cit. 5). || La théorie des trois ordres chez Pascal (→ Grandeur, cit. 19).
b Cour. (Dans quelques emplois). Espèce (choses abstraites). Nature (I., 1.), sorte. || Choses de même ordre, d'ordres différents (→ Grandeur, cit. 24). || Les autorités (cit. 29) de tout ordre.Dans le même ordre, dans un autre ordre d'idées.
33 La vieille dame lui avait répondu avec dignité que sa proposition n'était pas née d'une inquiétude de cet ordre (…)
Camus, la Peste, p. 251.
2 (V. 1220). En loc. Qualité, valeur. Plan.De premier ordre (→ Agacement, cit. 2; griffe, cit. 14).Une œuvre de second ordre, mineure. (1668). || De dernier ordre.Vieilli. || Du premier, du second ordre.D'un ordre supérieur (→ Hors ligne, hors de pair).
34 Rien ne m'est pénible comme de voir le dédain avec lequel on traite souvent des écrivains recommandables et distingués du second ordre, comme s'il n'y avait place que pour ceux du premier.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 15 sept. 1851.
(Déb. XXe). || Ordre de grandeur (cit. 36; → 1. Épuiser, cit. 9). || Un nombre, un chiffre, une quantité de l'ordre de deux millions.
(1868). Math. || Groupe d'ordre n, comprenant un nombre fini d'éléments n.
3 (1600). Arts. Système architectural dont les parties principales (piédestal, colonne, entablement) sont proportionnées de manière à former une unité de style.REM. En pratique, la notion d'ordre ne concerne que l'architecture grecque et les styles qui en dérivent. — Le module, unité de mesure de chaque ordre. || Ordres grecs : dorique (cit. 1 et 2), ionique, corinthien (cit. 1); ordres romains : toscan, composite. || Chapiteau caractéristique d'un ordre. || Gradation des ordres dans une façade.
Par ext. Morceau d'architecture dans tel ou tel ordre.
35 La face du théâtre, ainsi que les deux retours, est un grand ordre corinthien, qui comprend toute la hauteur de l'édifice.
Molière, Psyché, Livret de 1671.
4 (1770). Sc. nat. Dans les classifications systématiques (botanique, zoologie…), Division intermédiaire entre la classe et la famille (cit. 37; → Espèce, cit. 30). || Ordre divisé en sous-ordres.
B (Personnes).
1 Ensemble de personnes, division de la société. Classe (cit. 4), groupe.(V. 1355). || Les trois ordres de la société française sous l'Ancien Régime.(V. 1155). Anciennt. (→ État, cit. 94; institution, cit. 13). || L'ordre équestre, à Rome (→ Chevalier, cit. 1).
36 La République de Pologne, a-t-on souvent dit et répété, est composée de trois ordres, l'ordre équestre, le sénat et le roi. J'aimerais mieux dire que la nation polonaise est composée de trois ordres : les nobles, qui sont tout; les bourgeois, qui ne sont rien; et les paysans, qui sont moins que rien.
Rousseau, le Gouvernement de Pologne, VI.
2 Dr. civ. Classement de personnes ou d'institutions suivant certaines règles juridiques. || Les ordres d'héritiers (cit. 8), de créanciers. || Ordre des juridictions (civile, pénale, administrative).
3 (V. 1131). Association, groupe de personnes soumises à certaines règles professionnelles, morales ou religieuses. Corporation, corps (V., 3.).(Déb. XVIIe). || Ordres professionnels. || L'ordre des médecins, des vétérinaires.Dr. || L'ordre des avocats : les avocats régulièrement inscrits au tableau ou au stage d'une cour d'appel ou d'un tribunal de grande instance. Absolt. || Le conseil, le bâtonnier (cit. 1) de l'ordre.
37 Je n'ai pas l'honneur d'être de l'ordre des avocats, mais je suis de l'ordre de ceux qui aiment la vérité et l'équité.
Voltaire, Politique et Législation, « Suppl. aux causes célèbres ».
(V. 1174). || Ordres de chevalerie (cit. 3). || Le Maître, le Grand Maître (cit. 72) d'un ordre. || L'ordre du Temple, de Malte, du Saint-Sépulcre, des chevaliers teutoniques.
38 (…) Monsieur l'Évêque, qui y assistait, me proposa d'entrer dans l'état ecclésiastique, où je ne manquerais pas, disait-il, de m'attirer plus de distinction que dans l'ordre de Malte auquel mes parents me destinaient.
Abbé Prévost, Manon Lescaut, I.
4 (V. 1360). Association honorifique constituée par un ancien ordre de chevalerie (ordre du Saint-Esprit, de la Jarretière, de la Toison d'or) ou créée en vue de récompenser le mérite. || Hiérarchie d'un ordre; chevalier, commandeur ( Commanderie) d'un ordre. || Principaux ordres de mérite actuels, en France : l'ordre de la Légion d'honneur ( Légion, 5.), l'ordre de la Libération, l'Ordre des Arts et des Lettres. || Insignes (2. Insigne, cit. 1) d'un ordre.
39 Les ordres de chevalerie, qui, jadis, étaient des preuves de vertu, ne sont maintenant que des signes de la faveur des rois.
Rousseau, le Gouvernement de Pologne, XIII.
40 Pour reconnaître tant de travaux, le roi l'avait fait chevalier de ses Ordres. Monsieur de Sérisy était depuis longtemps Grand'Croix de la Légion d'honneur; il avait l'ordre de la Toison d'Or, l'ordre de Saint-André de Russie, celui de l'Aigle de Prusse, enfin presque tous les ordres des cours d'Europe.
Balzac, Un début dans la vie, Pl., t. I, p. 615.
41 Le roi de Prusse offre le choix entre un peu d'argent et une décoration; si les souverains ont inventé les Ordres, c'est, sans doute, dans un désir d'économie.
Édouard Herriot, la Vie de Beethoven, p. 333.
Par ext. L'insigne de l'appartenance à un ordre. Décoration (II.). || Avoir, porter l'ordre de la Jarretière, de la Légion d'honneur.
5 Relig. Association de personnes vivant dans l'état religieux après avoir fait des vœux solennels (les formes de vie religieuse ne comportant que des vœux simples portent le nom de Congrégation).Par ext. (Cour.) Toute communauté religieuse (ordres stricto sensu, congrégations, instituts, compagnies de prêtres, missions, etc.). || Ordre désigne soit la « communauté d'observance », soit l'« unité constitutionnelle ou juridique » (Dom Marié in Dict. de liturgie romaine). || Religieux appartenant à un ordre ( Régulier). || Ordres monastiques (cit. 2). Moine. || Ordres mendiants. Mendiant (cit. 4 et supra). || Chef, abbé, supérieur d'un ordre. || Règle, observance, habit (cit. 17 et 18) d'un ordre.
42 Il passa par toutes les fonctions de l'ordre, successivement portier, sommelier, jardinier, sacristain, adjoint à procure et banquier (…)
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 537.
Principaux ordres religieux (au sens large). Annonciade, augustin, barnabite, bénédictin, blanc-manteau, camaldule, capucin, carme, carmélite, célestin, charité (filles… de la charité), chartreux, cistercien, clarisse, cordelier, dominicain, franciscain, jésuite, lazariste, olivétain, oratorien, passioniste, rédemptoriste, salésien, séraphique, servite, théatin, trappiste, trinitaire, ursuline, visitandine, et aussi oblat; frère (infra cit. 21), père, sœur.
Loc. (1680). Le tiers ordre [tjɛʀzɔʀdʀ] (le troisième après les ordres masculins et féminins) : association « dont les membres, vivant dans le monde, s'efforcent de tendre à la perfection chrétienne par la pratique d'une règle… sous la direction et conformément à l'esprit d'un ordre religieux » (Canon 702, no 1). || Appartenir à un tiers ordre. Tertiaire. Spécialt. || Le tiers ordre franciscain.
43 Ce serait (…) une grave erreur que d'assimiler l'oblature à un tiers-ordre, puisqu'un tiers-ordre incorpore tous les gens (…) pourvu qu'ils soient des chrétiens zélés et des catholiques pratiquants (…) Notre but n'est pas d'ailleurs d'improviser de doubles emplois avec les tiers-ordres des autres instituts (…) nous n'avons pas à marcher (…) sur les brisées des Franciscains (…)
Huysmans, l'Oblat, IX.
44 Un de leurs moyens d'action essentiels (des ordres mendiants) est l'organisation de « Tiers Ordres » laïques (le premier est l'Ordre masculin, le second la branche féminine) […]
H. Marc-Bonnet, Hist. des ordres religieux, p. 52.
45 Sans être un institut religieux proprement dit, le Tiers Ordre est, comme son nom l'indique, un Ordre : ordre d'une nature spéciale puisqu'il est ouvert même à ceux devant qui le cloître ferme ses portes; mais ordre véritable parce qu'il propose à ses membres l'essence même de la vie religieuse (…)
R. Lesage, Dict. de liturgie romaine.
6 (XVIe). a L'un des degrés, des grades de la hiérarchie cléricale catholique. Clerc, clergé, ecclésiastique. || Les ordres sacrés (se dit surtout des ordres majeurs). → Irrévocable, cit. 2. || La tonsure, signe de l'ordre. || Ordres mineurs : acolytat ( Acolyte), exorcistat ( Exorciste), lectorat ( Lecteur), ostiariat ( Portier). || Ordres majeurs. Épiscopat, prêtrise, diaconat, sous-diaconat; sacerdoce. || Les titulaires d'ordres mineurs sont appelés clercs minorés.Absolt. || Entrer dans les ordres. || La susception des ordres.
b Par ext. Le sacrement qui fait accéder à l'un des ordres majeurs ou mineurs (→ Évêque, cit. 5). || Conférer (cit. 2) l'ordre. Ordonner; ordination.
7 (1170). Relig. L'une des hiérarchies des anges.
———
III (XVIIe; extension probable du sens I, 2).
1 a Acte par lequel un chef, une autorité manifeste sa volonté; ensemble de dispositions impératives. Commandement, demande (impérative), direction, directive, injonction, instruction, mandement, prescription. || Ordres d'un souverain (édit, firman, ordonnance, ukase…). || Ordre annulant un ordre précédent. Contrordre (cit. 1).Ordre écrit, verbal. || Dire, crier un ordre bref (→ Masquer, cit. 5). || Ordre formel, en termes formels (cit. 3); ordre exprès (1. Exprès, cit. 1), impératif. Ukase (fig.). || L'ordre est de… Consigne (→ Assommer, cit. 3). || Donner l'ordre d'accomplir une mission. Charger. || L'ordre et les menaces. || Vos désirs sont pour nous des ordres. || Obéissez, c'est un ordre ! || N'avoir pas besoin d'ordres pour… (→ Habileté, cit. 1). || Le mode impératif (cit. 2 et 3) exprime l'ordre.Donner un ordre à qqn. Commander, ordonner; imposer. || Intimer (cit. 1 et 2) un ordre, l'ordre de… || Proclamation officielle d'un ordre. 1. Ban (1.). || Transmettre un ordre. || Recevoir, exécuter (cit. 1), suivre un ordre (→ Exécution, cit. 2 et 4; grandeur, cit. 14). || Obéir à un ordre, aux ordres. Obéissance; obtempérer. || Se conformer (cit. 3), se plier (→ Carton, cit. 2), se soumettre aux ordres. Soumission. || Ordre exécuté à la lettre, au pied de la lettre. || Contrevenir, désobéir à un ordre. || Enfreindre ( Infraction), transgresser un ordre (→ Importance, cit. 1). || Braver (cit. 4) les ordres.Les ordres du directeur sont formels.
Dr. || Ordre d'exécuter une obligation. Sommation. || Ordre de faire comparaître ( Mandat), de se présenter à tel endroit ( Convocation, veniat). Anciennt. || Ordre d'emprisonnement par lettre de cachet. || La lettre de jussion portait ordre d'enregistrer un édit…Mar. || Ordre de monter son pavillon ( Semonce, semoncer).Ordre de grève (cit. 13).
46 Allons, par des ordres contraires,
Révoquer d'un méchant les ordres sanguinaires.
Racine, Esther, III, 8.
47 Les premiers pleurs des enfants sont des prières : si l'on n'y prend garde, ils deviennent bientôt des ordres; ils commencent par se faire assister, ils finissent par se faire servir.
Rousseau, Émile, I.
48 Des mots ou des groupes de mots quelconques, jetés en cris, sur le ton du commandement, prennent la valeur d'un ordre. Ils sont sans nombre : Silence ! En arrière ! Leste !Doucement ! mais doucement ! vous les rendrez poussifs (Flaub., Éduc., I, 16); — Hors du trône, tyrans ! à la tombe, vampires ! (V. H., Lég., Évir., XVI); — Allons, ouste ! dehors ! (P. et V. Marg., Poum, ch. 10); — La porte ! on vous dit ! animal (J. Aicard, Maurin des Maures, éd. Nels. 15); — Grisolas ! du café ! du café bien chaud ! (id Ib., 17)
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 661.
b En locution.
Ordre de mission, assignant à un militaire une mission à exécuter en lui en donnant les moyens financiers et légaux.Ordre de route, enjoignant (un militaire, une unité) de rallier un lieu précis.
Être aux ordres de qqn, être, se mettre à sa disposition; se soumettre à ses volontés dans une circonstance précise. || À vos ordres, mon capitaine ! — ☑ Être sous les ordres de qqn, être son inférieur, dans la hiérarchie.
Spécialt. (Turf). || Être sous les ordres (en parlant du jockey ou du cheval prêt à prendre la course). || Cheval qui est, se met sous les ordres, qui est, se met sous les ordres du starter (qui donne l'ordre de départ).
48.1 (…) dans un canter ou petit galop, les jockeys déjà boulés sur leurs pur-sang impatients de se détendre vont se mettre sous les ordres du starter.
P. Arnoult, les Courses de chevaux, p. 96.
Agir sur ordre, en exécutant un ordre, et non pas de sa propre initiative. || Sur l'ordre de… (→ Méthode, cit. 5).Par ordre du ministre… (→ Mobilisation, cit. 2). || Par ordre (P. O.), mention qui précède la signature d'un militaire autorisé à signer pour son chef, et, par ext., d'une personne qui signe en l'absence d'un supérieur et en son nom.Vente par ordre de justice.Donner ordre de… (→ Coureur, cit. 2; entrer, cit. 7). || Avoir ordre de… (→ Brûler, cit. 10; épargner, cit. 7).REM. L'absence d'article marque que celui qui donne l'ordre a autorité pour le faire. ☑ Jusqu'à nouvel ordre : jusqu'à ce qu'un ordre, une instruction vienne préciser ou modifier la situation, et, par ext., jusqu'à ce qu'une décision soit prise. Avis (jusqu'à nouvel avis); → Fortuitement, cit. 2; imitation, cit. 18.
Fig. || Les ordres du Destin, de la Providence. Décret.
2 Comm. Décision entraînant une opération commerciale. || Ordre d'achat ( Commande, I., 1.), de vente. || Ordre écrit de remettre une somme ( Chèque, rescription…), d'expédier, de livrer ( Bulletin, filière…).(1903). || Ordre de bourse : mandat d'acheter ou de vendre une valeur en bourse, que l'on donne à un agent de change, un coulissier, un banquier. || Ordre au comptant, à prime, à terme. || Ordre lié, portant sur deux opérations (de vente et d'achat) liées. || Donneur d'ordres (→ Exécution, cit. 17).
48.2 Bientôt (les agents de change) lurent à haute voix une foule de bulletins qui, remis entre leurs mains par les joueurs groupés autour d'eux, contenaient des ordres d'achat et de vente écrits en piètres vers de douze pieds pleins de chevilles et d'hiatus.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 323.
Spécialt. || Titre, billet à ordre. Billet (cit. 8 et supra). || Clause à ordre : endossement. Endos. || Hypothèque à ordre.Loc. Payer à l'ordre de M. X… (la personne dénommée pouvant donner l'ordre de payer au tiré).
Absolt. (Comm.). Commande. || Feuille d'ordres. || Voyageur de commerce qui prend des ordres. || Un bel ordre.
3 Milit. (Vx). Mot servant à distinguer les amis des ennemis et dont l'usage est imposé par les chefs. || Envoyer, prendre l'ordre (cf. Dangeau, in Littré).
Loc. (Vx). Mot d'ordre : mot de passe (milit.).Par ext. Consigne (→ Diminuer, cit. 1); instruction, résolution commune aux membres d'un parti, d'un groupe.
49 Tout, dans ses paroles et dans ses gestes, pour moi qui le connais, respirait la résolution, la contrainte, le mot d'ordre, et l'indication d'un « supérieur ».
Gide, Journal, 1918, Feuillets, II.
50 Si bien qu'un mot d'ordre avait fini par courir qu'on lisait, parfois, sur les murs ou qui était crié (…) sur le passage du préfet : Du pain ou de l'air.
Camus, la Peste, p. 258.
Vieilli. La réunion pendant laquelle les chefs militaires donnent leurs ordres (cf. Voltaire, in Littré).
Loc. Ordre du jour [ɔʀdʀədyʒuʀ]  : ensemble des instructions, des ordres (d'un commandement militaire) pour la journée (→ Amplifier, cit. 1). || Porter, mettre, citer qqn à l'ordre du jour; et, ellipt, à l'ordre du bataillon, de l'armée…, de la nation, le signaler pour sa belle conduite. Citation.
CONTR. Abandon, anarchie, bouleversement, chaos, confusion, dérangement, dérèglement, déroute, désordre, discordance, égarement, gabegie, gâchis, laisser-aller. — Pêle-mêle. — Défense, interdiction.
COMP. Contrordre, désordre, sous-ordre.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ordré — ordré …   Dictionnaire des rimes

  • ordre — ORDRE. s. m. Arrangement, disposition des choses mises en leur rang. Bel ordre. bon ordre. merveilleux ordre. ordre naturel. l ordre que Dieu a mis dans cet univers. l ordre & l enchaisnement des causes. l ordre des mots. l ordre des paroles.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Ordre du nœud — Sommaire 1 Introduction 1.1 La fondation de l ordre[1] 2 Un ordre chevaleresque au service de la Couronne 2.1 Le fondateur de …   Wikipédia en Français

  • ordre — Ordre, m. penac. Est disposition par assiete de choses en proportion, convenance et succession entre elles. Ainsi l on dit, Mettre par ordre plusieurs choses, et les ordonner soit par rang d estoc, qu on dit direct et de droit fil, soit branchu,… …   Thresor de la langue françoyse

  • òrdre — ordre ordre cl. m. ordre; classe; état régulier; commandement; institution > Òrdre doric, òrdre dau Tèmple : ordre dorique, ordre du Temple. « Sus pleguen don bagagis en bel ourdre… » Pierre Paul, XVIe s.. expr. Donar òrdre, metre òrdre, pagar …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • ordre — ORDRE, L ORDRE: Que de crime on commet en ton nom ! (voir liberté) …   Dictionnaire des idées reçues

  • Ordre — (fr., spr. Ordr), 1) Ordnung; so. O. de jour (spr. Ordr dü schur), Tagesordnung; O. do bataille (spr. Ordr d Bataih), geschriebene, mit durch Zeichnungen erläuterte Übersicht, wie ein Heer od. ein Corps in Massen von besonderen Waffen… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ordre — Ordre, s. Order …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ordre — Ordre, s. Order. O. de bataille (spr. ordr dĕ batáj), die vom Kriegsherrn befohlene Zusammenstellung und Einteilung des Heers für einen Feldzug oder bestimmten Operationszweck …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Ordre — (ordr), frz., Ordnung; Befehl; Losungswort; o. de bataille, Schlachtordnung. – O. hat auf Wechseln den Sinn, daß sich der Aussteller nicht bloß gegenüber dem ersten Empfänger, sondern auch gegen jeden andern, an welchen dieser den Wechsel weiters …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.